MAILLOT DE LEGENDE. F.C Köln.

A Cologne, on n'est pas tous les jours au régime à l'eau, on savoure aussi une bonne bouteille de rôteuse surtout lorsqu'il s'agit de fêter un titre. C'est le cas au terme de la saison 1977-78 quand le F.C Köln remporte la Bundesliga au prix d'une bataille acharnée avec le Borussia Mönchengladbach du romantique Udo Lattek. Les hommes de Hennes Weisweiler – un ancien de la boutique d'en face (1964-75) avec laquelle il glane de nombreux trophées (championnat 1970, 71 et 75 – coupe d'Allemagne 1973 - coupe UEFA 1975) –  jouent des coudes et des points avec son rival du Rhin dans une lutte fratricide où le titre de champion le dispute aussi à l'hégémonie régionale (les deux villes sont distantes d'une soixantaine de kilomètres). Avant la dernière journée, les deux équipes sont à égalité (46 points chacune) et départagées à la différence de buts, favorable au F.C Köln (+40 contre +30). Pour remporter le titre, Mönchengladach doit gagner par plus de dix buts d'écart en cas de victoire du leader. A domicile, le Borussia gagne 12 à 0 contre Dortmund ! De son côté Cologne, en déplacement chez le dernier du classement St-Pauli, en plante cinq à son adversaire (5-0) et devient « Deutschmeister » pour trois petits buts (+45 contre +42). C'est le deuxième titre de champion pour le F.C Köln après celui obtenu en 1963-64, année de création de la Bundesliga. La génération des Harald Schumacher, Preben Elkjaer-Larsen, Dieter Müller exulte. Pendant ce temps Otto Rehhagel, futur vainqueur de l'Euro avec la Grèce (2004), est limogé du Borussia Dortmund à la suite de la déroute de son équipe au Bökelsbergstadion, qui reste à ce jour la plus large défaite d'une équipe dans l'histoire de la Bundesliga.


F.C KÖLN 1977-78

En haut : Weber, Elkjaer-Larsen, Kösling, Pape, Konopka, Simmet, Flohe.

2ème rang : Weisweiler (ent.), Dieter Müller, Gerber, Cullmann, Willmer, Schmitz, Löhr, Herings (ent. adj.).

Assis : Rohde, Hein, Neumann, Zimmermann, Prestin, Strack.

En bas : Nicot, Glowacz, Schumacher, Ehrmann, Schwabe, van Gool.



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire