FOOT ROCK AND ROUFLAQUETTES. Christian Rufli.


CHRISTIAN RUFLI.
Christian Rufli, c'est un peu le André Tota du Suisse ! Sans l'enfant-star dans les pattes. Enfin si, un peu quand même. Vincent - le fiston que les habitués de Gaston Gérard connaissent bien - pratique le marquage à la culotte pour le DFCO. Au poste de latéral comme papa, qui porte une moustache de mousquetaire comme Tota. Le style d'une époque qui a traversé les Alpes et un mode de vie (international) des amateurs de hard-rock des seventies. Comme en plus le bonhomme est amateur d'une bonne Feldschlösschen – la bière locale – bien fraîche à la sortie des vestiaires du Chênois, Rufli la rouflaquette dénote au pays des Helvètes. Une nation bien trop neutre pour un gars qui a cousu un patch de MANOWAR dans le dos de la veste en jean. C'est peut-être ça qui lui a coûté sa place avec la Nati, qui préfère les eaux calmes du Léman aux riffs incendiaires de « Smoke on the water » des copains Deep Purple. La tache sombre d'une carrière honnête menée du côté des Trois-Chêne, la banlieue morose de Genève. Plus triste, le bonhomme a passé l'arme à gauche – pas trop son côté préféré en fait – le 30 avril dernier, terrassé par un cancer. Paix, amour et pittbulls à ton âme.



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire