BIO EXPRESS DEGRADABLE. Ladislao Mazurkiewicz (1945-2013).

LADISLAO MAZURKIEWICZ.
Il était considéré comme l'un des meilleurs gardiens du monde, au même titre que ses contemporains Gordon Banks et Lev Yachine. Ladislao Mazurkiewicz Iglesias n'est plus depuis ce mercredi (2 janvier). Le gardien uruguayen était plongé dans le coma depuis quelques jours après son admission dans un hôpital de Montevideo à la suite de problèmes respiratoires et rénaux. Sa mort à l'âge de 67 ans plonge les fans de la « Celeste », dont il a porté les couleurs à 36 reprises entre 1965 et 74, dans la tristesse. Et des images qui se bousculent, dont la plus célèbre tournée en couleur et mondo-vision qui remonte à une ½ finale de coupe du Monde au Mexique (1970) et son duel avec Pelé. Une feinte de corps du roi en pleine course, pour ce qui reste l'un des plus beaux gestes de l'histoire du football, qui place bien malgré lui Mazukiewicz sur le devant de la scène internationale. Le Brésilien prend d'ailleurs un malin plaisir à mettre les gardiens adverses à l'honneur pendant ce tournoi, manquant d'un rien une tentative de lob depuis le milieu du terrain sur le Tchéque Ivo Viktor et lorsqu'il inscrit un but « que Gordon Banks a arrêté sur sa ligne » contre l'Angleterre. Le génie de Pelé n'empêche pas le portier d'origine polonaise d'être élu meilleur gardien du tournoi, peut-être la plus belle récompense de sa carrière marquée par trois participations en coupe du Monde (1966, 70 et 74). Depuis le Weltmeisterschaft, « Chiquito » détient d'ailleurs le record de matchs joués dans le tournoi par un joueur uruguayen (13 au total).

Une distinction honorifique pour celui qui effectue une grande partie de sa carrière avec le Club Atlético Peñarol (1965 à 71), avec qui il remporte la copa Libertadores et la coupe Intercontinentale en 1966. Les seuls titres majeurs à inscrire au palmarès de « Chiquito » qui tente par la suite sa chance au Brésil (Atlético Mineiro de 1971 à 74) et en Europe enfin. Mazurkiewicz s'installe en Espagne à Grenade où il reste deux saisons (1974-76) sans jouer. Une parenthèse dans son parcours avant de revenir au Peñarol. C'est le retour de la légende au pays, là où tout avait commencé avec le Racing Club de Montevideo, son club formateur de (1961 à 64), et prend fin en 1981 à l'approche de la quarantaine. Adoubé par Yachine qui lui offre ses gants lors de son match d'adieu au stade Loujniki en mai 1971, « l'araignée noire » avait fait de « Chiquito » son successeur. Pour rappeler au grand public que Mazurkiewicz n'était pas uniquement l'homme de cette action du 17 juin 1970 qui lui colle dans les mains. « Chiquito » était simplement le digne héritier au titre de meilleur gardien du monde à l'époque. Comme lors de la coupe du Monde 66 lorsqu'en match d'ouverture, il tient tête aux assauts de l'attaque anglaise et préserve le nul (0-0), devenant ainsi le premier joueur non-britannique à ne pas encaisser de but en match officiel à Wembley. Ce jour-là, ce n'était pas que de la chance...

Ladislao Mazurkiewicz en Allemagne. WM 74.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire