JESUS CHRIST FASHION BARBE. Foot, rock et main de Dieu.

Jesus Christ Fashion Barbe. A priori, l'ingé-lumière est aussi pro-caennais.
- GéNéRiQ festival 2012 -

A quelques heures du coup d'envoi de DFCO-Stade Malherbe comptant pour la seizième journée du championnat de France de Ligue 2 (1er décembre), la formation caennaise Jesus Christ Fashion Barbe est l'invité du Vintage Football Club. Des barbus sur un blog à moustaches vintage, c'est un peu comme l'invasion d'un groupe d'ultras en tribune adverse. C'est de la provoc' avec un risque de réactions épidermiques à la chaîne et une volonté d'en découdre. Les Caennais ont d'ailleurs remporté le premier round au cours du GéNéRiQ festival à Dijon la semaine passée (21/11). Remplaçant au pied levé (un peu haut, et quelques coups de poings aussi visiblement) les Californiens Crocodiles prévus à l'affiche, JCFB a usé de sa récente notoriété pour mettre le public dijonnais à terre. Une prestation remarquable à l'image de leur excellent E-P 7 titres éponyme qui croise le fer entre rock, folk et lo-fi. Après quelques deux-trois années d'existence, le trio normand accomplit déjà quelques miracles dans le milieu indé du rock français. L'occasion de faire le point avec Charles-Antoine, le batteur, sur la première partie de la carrière du groupe. Et parler un peu foot,  Malherbe, Maradona et la main de Dieu...

Alors comme ça, c'est vrai que vous avez rencontré ZZ Top ? Vous avez joué à « tiens-moi par la barbichette » ?
Oh, c'était une rencontre assez fortuite et rapide, le temps d'une photo exactement (en PJ). On jouait au festival Beauregard le même jour et on a croisé Billy Gibbons derrière la scène sur laquelle on jouait. C'était inratable, la barbe la plus fashion du rock n'roll !

Jesus Christ Fashion Barbe, dans le nom ça sonne un peu comme Black Rebel Motorcycle Club, Brian Jonestown Massacre, John Spencer Blues Explosion, International Noise Conspiracy, des noms à rallonge plutôt rock'n'roll. Où vous situez-vous par rapport à ces groupes et sur le plan musical ? Vous parlez de Folk'n'roll. Mais encore ?
On a pas mal écouté BRMC et Brian Jonestown depuis « Dig ! » mais un peu moins International Noise Conspiracy et John Spencer. On trouve ça assez classe les noms à rallonge en général. Il faut que les syllabes s'imbriquent bien aussi. Musicalement, on revendique un mélange de rock, de folk et de lo-fi dans l'idée de faire au mieux avec ce qu'on a. On ne sait pas si c'est réellement fidèle à la musique que l'on joue mais ce sont les trucs qu'on écoute le plus.

Vous étiez à l'affiche des Eurockéennes de Belfort et des Vieilles Charrues cette année. Vous avez joué au Trans (2011) et dans la plupart des festivals français dont celui des Inrocks récemment, sorti un mini-LP, effectué une tournée au Québec, tout ça en deux-trois ans d'existence. JCFB accomplirait-il des miracles depuis sa naissance ? Un premier bilan ?
Des miracles, c'est beaucoup dire mais c'est vrai que les choses se sont vraiment bien passées pour l'instant. On a eu de la chance. Tout est allé assez vite et s'est très bien imbriqué avec la tournée au Québec en point d'orgue. On est des vieux potes, et partir en Amérique du Nord pour aller jouer de la musique, c'était un vrai rêve. En espérant que ça continue... Mais rien n'est vraiment acquis alors on profite des aubaines qui se présentent à nous.


Une idée d'album dans l'air ?
Et bien justement, on bosse dessus depuis quelques semaines. Les choses avancent mais il reste encore du taf. On devrait y voir plus clair au début de l'année (2013 ndlr).

Vous croyez en quoi au plus profond de vous ?
Au travail, à la persévérance, au mérite... Non, à pas grand chose en fait.

Pourriez-vous me citer des noms de groupes avec Jesus ?
Jesus Volt : un groupe avec lequel on a joué en mai dernier en compagnie de Poil, une soirée à thèmes en quelque sorte... Zola Jesus, The Jesus and Mary Chain et JC Satan. Un Jesus caché. On aime surtout les deux derniers. Il doit bien exister des groupes de métal aussi. Certaines personnes nous ont d'ailleurs dit que notre nom sonnait métal !

Le truc le plus barbant en tournée ?
On n'a pas fait une tournée très longue mais on a encore du mal pour l'instant à trouver des trucs barbants. Peut-être de s'engueuler dans le camion pour un itinéraire... On aime bien avoir raison généralement.


Et le foot alors, ça vous arrive d'aller à D'Ornano prier pour le Stade Malherbe ?
C'est vrai que Malherbe aurait besoin d'un autel et d'un lot de cierges considérables. On a dû y aller deux ou trois fois en 10 ans peut-être. C'est généralement assez cher et assez chiant mais plus haletant qu'à la télé dans tous les cas. C'est toujours marquant en tout cas d'aller à l'affût des commentaires de supporters...

Votre expérience avec le football, ça se résume à quoi ?
Il n'y a que Nicolas, le chanteur, qui a joué au foot plus jeune avec pas mal de ses potes. C'était un peu le passage obligatoire dans la petite ville où il habitait à l'époque. Il en gardé une bonne technique ! Nicolas, le bassiste, était plutôt centré sur le rugby. De mon côté, je suis plutôt handball mais j'ai pratiqué à la fac un petit peu et me rappelle une tirade de mon prof de l'époque : « les gars ! On met un gardien dans le cageot ! Concours de tirs, feu d'artifice ! J'veux qu'ça pète ! ». La magie du foot !

La main de Dieu, qu'est-ce ça vous inspire ?
Pour ma part, ça fait écho à la première forme de triche assumée dans le foot. J'ai un peu l'impression qu'après ce qu'a fait Maradona, les gestes d'anti-jeu - gagner 5 mètres sur une touche, avancer le mur progressivement sur un coup franc, simulations et autres... - se sont développés. Un peu comme si cette main avait légitimé plein de choses. Déjà le terme « main de dieu » renvoie à un geste incontrôlé, qui s'est imposé à lui... Pour être allé il y a quelques temps à Naples, Maradona - peint sur les murs de la ville - y est encore réellement considéré comme un dieu.

Enfin, vous pourriez me dire quels sont les plus grands barbus de l'histoire du foot et de la musique à vos yeux ?
Oh la barbe n'est plus vraiment à la mode dans le foot. Tu nous aurais dit crête ou vintage moustachus, ça aurait été plus facile... Mais, les barbus du foot ?!? Socrates, Pirlo et Jean-Guy Wallemme (mondialement connu). Et niveau musique barbue, ZZ Top forcément, qui en a fait un bon fond de commerce, Morrison sur le déclin et Gablé.

Jesus Christ Fashion Barbe
- GéNéRiQ festival 2012 -

1 commentaires: