Le dico argot-foot du professeur Migeon. (Part 9).


Gérard Migeon traîne une drôle de réputation sur un terrain. Considéré comme un cave dans ses bois, le prince de la toile est un cador des vestiaires. Un fondu de la langue française qui travaille à la craie. « La Mige », son surnom dans la famille du ballon rond, connaît tout des rouages du football: ses vertus, ses vices et les petites formules qui fleurissent au ras du gazon. Le « Titi parisien » de Longjumeau décrypte et flingue le dictionnaire du foot, celui du temps des grandes heures, sur le tableau noir. Avec sa gouaille et sa moustache malhonnête, notre fine gâchette prend la plume et passe au vitriol les expressions du milieu. Et faut reconnaître, c'est du brutal ! Avis aux non-initiés.

CHOPER LA LUNETTE:
Mettre le ballon dans la lucarne.
  • « A Bordeaux, les joueurs avaient pris la fâcheuse habitude de me choper pour me faire des mises à l'air. Z'étaient un peu tchin-tchin là-bas ».(Alain Afflelou dans ses mémoires de président-lunetier des Girondins).
  • « Il est fou Afflelou ! ». (La réponse cinglante de Jean-Marc Ferreri à son ex-président).
  • « A titre personnel, j'ai toujours eu du mal à choper la lunette. Par contre, aucun problème pour décrocher la lune... » (Didier Six pour faire un peu d'humour et mettre fin à la polémique).
  • « Bah moi, j'ai toujours eu d'la merde dans les yeux ». » (Cyrille Pouget pour clore le débat).
Le cas en image.

Et pan ! Dans le mille.
- Yannick Stopyra -

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire