HOMONYMES OLYMPIQUES et destins (à tirs) croisés. Raoul Lambert et Gérard (tatatin).


RAOUL vs GERARD LAMBERT.
La place de sa mob', c'est du côté du stade Jan Breydel qu'il faut la chercher. C'est là que Tonton Raoul - tatatin - répare sa brèle les mains dans le cambouis. Le Belge Raoul Lambert est un héros à la Renaud. Un ouvrier spécialisé qui ne rechigne pas à la tâche et jure fidélité à son club de toujours: le Club Brugge K.V comme Capdevielle en Flamand qui erre dans le désert depuis trop longtemps. Oh Chiquita. Un dur parmi les durs qui maltraite le cuir et s'arrache dans la zone de vérité - pareil que dans la cité, c'est la loi de la jungle qui règne - prêt à y laisser sang et âme jusque sur les murs de la ville. Tatatin. « Lotte » comme l'appellent ses copains de galère est un joueur à l'ancienne. Attaquant racé, p'tit loubard aux cheveux blonds, Raoul ventile, Raoul disperse aux quatre coins des bois adverses. Son butin, c'est le but. Plus de deux-cents tout au long de sa carrière. Un paquet. Raoul éclate éclate la tête du goal d'en face (de rat). A coup de clé à molette et de ciseaux retournés comme les manches de son perfecto. Un vrai dur à cuir en ballon Tango jusqu'à son dernier bal.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire