La grosse cylindrée de VLADIMIR MUNTIAN.


Vladimir Fedorovitch Muntian est un homme heureux et fier. Et pas seulement de son bonnet. L'attaquant du Dynamo Kiev jubile plutôt à l'idée de présenter sa petite merveille d'automobile. Une Volga noire rutilante. La Mercos du Popov. Le symbole funky de la réussite en Union Soviétique. Muntian bénéficie des privilèges de la profession qu'il pratique en amateur - les joueurs ne sont pas payés et exercent un vrai métier dans la vie - mais n'épargne pas les petits cadeaux de la fédération. Une manière de se démarquer, comme il a l'habitude de faire sur le pré au sein de l'attaque ukrainienne, du petit peuple ouvrier qui doit économiser 30 ans pour s'acheter une pauvre Lada pourrie. De quoi pavoiser et vouloir nous montrer l'intérieur personnalisé pour finir d'épater son monde. Et bah merde, les clefs ne sont plus dans ses poches. Un oubli fâcheux ou bien plus simplement n'étaient-elles pas fournies dans la livraison ?

4 commentaires:

  1. Les joueurs soviétiques exerçaient un "vrai métier dans la vie" ? Deuxième degré je pense...

    RépondreSupprimer
  2. De rien, mais ne vois pas là un anti-communisme primaire...

    RépondreSupprimer