RUUD GULLIT. Jah Rastafari.

Entre Bob Marley et Yannick Noah, il y a aussi les dreadlocks de Ruud Gullit qui ne sait pas jouer autre chose que du reggae. Le ballon d'or 87, fervent militant anti-apartheid qui dédie son trophée à Nelson Mandela cette année-là, se découvre des talents de musicien au cours des 80's et n'hésite pas à monter sur scène pour défendre ses protest-songs. Après un premier single « Not the dancing kind » (1984) au succès mitigé, le capitaine de la Oranje rencontre plus tard les membres de Revelation Time, un combo rasta néerlandais dont Ruud est fan notamment depuis la sortie de leur 7'' « Captain dread » à la gloire du milieu milanais. Une collaboration qui pousse Ruud à tenir la basse de temps à autre au sein du gan-jah band et composer quelques morceaux inédits dont le hit « South Africa », en hommage à son idole, qui atteint la 3ème place du Top 40 hollandais à l'époque (1988). En plus du ballon, Ruud Gullit court aussi après les disques d'or. Un succès moins garanti cependant dans ce domaine.





1 commentaires: