L'équipe du dimanche après-midi. S.C ABBEVILLE 1979-80.

S.C ABBEVILLE 1979-80.

« Picardie represent ! ». Un slogan pour les Fatals Picards qui n'a rien d'une galéjade du côté d'Abbeville à la fin des 70's. Le petit bourg de 25.000 âmes remplace l'ogre amiénois dans le cœur des habitants de la Somme. Pas une mince affaire pour le Sporting Club Abbeville qui, après un long bail passé en division III, plonge dans l'enfer de la D.H à la fin de la saison 1977. Effet d'ascenseur ou bien, l'équipe remonte immédiatement en DIV et retrouve la troisième division à l'orée de la saison 1979-80. 

A l'ombre des réserves pros des grands voisins nordistes (Lens, Lille, Valenciennes), les hommes de Tyrakowski - l'entraîneur qui reprend le club en main en 1977 alors qu'il est au fond du trou - cravachent dur sur le pré pour obtenir l'inespéré à la fin de l'exercice. Abbeville termine à la première place (42 pts) au nez et à la barbe du RCL (41pts). Lille et Valenciennes complètent le podium, Calais relégué à 7 longueurs et le grand rival amiénois à 8. C'est la fête au village avec les supporters en liesse qui s'arrachent les joueurs. De purs amateurs au patronyme qui respire bon l'accent du coin: Thierry Millevoye, employé de banque dans la vie, Jean-Pierre Outrequin, Outreq1 l'aide comptable en semaine et JPP local le dimanche, ou encore le p'tiot Bilot, Jacques de son prénom et commerçant pour de vrai. Une équipe de jeunes entouré par quelques anciens, dont Jean Opila, 34 ans, dans le cageot sur le terrain et rouleur de câbles à EDF, qui découvre les parfums de la D2 et l'excitation des voyages à travers la France. Montmorillon, Thionville et Noeux-les-Mines. Le haut niveau low-cost de l'époque. Une histoire qui dure 10 ans (de 1980 à 90) et permet au club d'accéder au statut pro en 1986. Le SCA essuie alors un dépôt de bilan et plonge irrévocablement vers les divisions inférieures. Pendant ce temps-là, Ladislas Lozano, 28 ans, dessinateur de métier, esquisse les futurs projets de sa carrière en griffant une coupe sur son cahier de brouillon.

- LA RETRO PHOTO DU SPORTING CLUB ABBEVILLE en D2 -

- saison 1980-81 et 1982-83 -
- saison 1986-87 et 1988-89 -
-saison 1989-90 -

14 commentaires:

  1. Merci de nous rappeler une grande période du football local.
    Joli travail !

    RépondreSupprimer
  2. Merci bien, ça fait plaisir...

    RépondreSupprimer
  3. superbe années merci de nous le rappeler,
    30 ans en arriere cela ferait du bien,*
    un ancien abonné du SCA

    RépondreSupprimer
  4. Merci bien. Et n'hésitez pas à faire profiter les anciens autres abonnés. Les copains, tout ça... :)

    RépondreSupprimer
  5. Quelle époque où le SCA nous faisait vibrer ! La revivrons nous un jour ? Encore faut-il le vouloir ! Pas l'air d'être bien concerné et c'est bien dommage...Allez NESLE !

    RépondreSupprimer
  6. quelle belle époque avec campagnac seweryun leboucher et tout les autres avec une mention pour alain bouflet , ba , curt, jp robert
    que d'émotion dans ce stade avec un match contre le grand PSG de l'époque ou jai suivie ce combat dans une benne
    quelle aventure
    domage que le football as disparue a ABBEVILLE me reste que les grand moments et les grands match comme souvenir
    merci à tout les joueurs de l'époque
    longue vie au SCA

    RépondreSupprimer
  7. Un match dans une benne ? Pas mal ! Sympa l'anecdote.

    RépondreSupprimer
  8. 10 saisons d'affilèe en ligue 2,des grandes equipes se sont cassèes les dents a delique,chapeau et merci pour ces grands moments

    RépondreSupprimer
  9. même Paris a perdu à ABBEVILLE Un grand souvenir.
    Une envie de jouer comme on en voit plus.
    Allez SCA

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour ces bons souvenirs
    Kacem

    RépondreSupprimer
  11. des gars du cru qui nous ont fait rever
    bravo pierrot bebert michel alberto jpierre et tous les autres
    furiani senflamme
    jojo drc

    RépondreSupprimer
  12. P..... d'époque ! Abbeville ? C'est où ?

    RépondreSupprimer
  13. Merci aussi au délégué de l'époque.
    Une pensée pour Guy Boulet.
    Un passionné qui à donné beaucoup de chose au club.

    RépondreSupprimer
  14. Très belle époque la D2, ou le stade Paul Delique était en feu avec 8000 supporters en moyenne, et ce match face au PSG, qui ne s'en souvient pas. Quelle belle epoque

    RépondreSupprimer