Y A PAS QU'LE FOOT. Jean-Michel Larqué.

Jean-Michel Larqué. Une Rolex, ça le fait bien pour draguer les poupées !
« Oh oh oh jolie poupée » faisait danser Bernard Menez et tous les clubbers français au début des années 80. Une façon pour le roi des nanards de rendre hommage à la Femme, en utilisant des métaphores olé-olé qui comparent le sexe faible à son doigt coupé! Des paroles sous la ceinture et vides de sens qui relèvent de la psychologie, et que seul l'acteur franchouillard pouvait oser. Du premier degré pour évoquer un truc pas résolu avec les filles diront les détracteurs. Ou bien juste un clin d'œil à Jean-Mimi qui assure pas mal aussi avec les meufs au vu de sa vitrine à trophées, d'habitude remplie par les coupes et les médailles chez la plupart des footballeurs. Chez Jean-Mimi par contre, on préfère y exposer ces fameuses poupées, fruits de ses conquêtes sportives. Une passion qui lui est venue naturellement, souvenirs de ses nombreux voyages à travers le monde et des déplacements européens des Verts. Jean-Mimi bichonne sa collectionne comme un titre de champion de France, en prenant soin de la dépoussiérer et de lui causer tactique entre deux entraînements. En bon plangonophile maniaque, tel le capitaine de devoir qu'il est sur un terrain, Jean-Mimi n'oublie aucun sens du détail : « Le jupon doit bien être rentré dans le short, le jupon doit bien être rentré dans le short. Le jupon... Passe ta balle! ». Et voilà, Jean-Mi se croit au micro avec Thierry Roland et oublie de nous parler en deux-trois mots de son autre passion: les sous-pull. Comment on appelle ça un collectionneur de fringues pareilles Jean-Mimi ? « La poupée rouge est hors-jeu, la poupée rouge est hors-jeu, la pou... ». Un pulitzer non ? « A gauche, à gau... ». Bon bah on trouvera tout seul, te fatigue pas va.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire