MATCH REPLAY. Le jour où... Pelé est mort un peu.

Pelé tourne le dos au football.

Été 1977, les rayons du soleil ne brillent plus sur Graceland. Elvis est retrouvé mort dans sa salle de bains, le froc en bas des genoux selon les rumeurs. La triste fin d'une Légende pour celui qu'on appelle le King. Quelques semaines plus tard, un autre Roi quitte la scène et fait ses adieux au public à 37 ans. Le 1er octobre en effet, Pelé joue le dernier match de sa carrière au Giants stadium de New-York devant 75.000 spectateurs venus applaudir l'ultime récital de la star brésilienne arrivée deux ans plus tôt dans un championnat NASL aux dollars ronflants et contrats juteux, qui font sortir une première fois le triple champion du Monde de sa retraite sportive prise à la fin de l'année 1974 .



Une rencontre amicale et symbolique qui oppose les deux clubs de sa longue et unique carrière entamée en 1956. Santos vs N-Y Cosmos. La dernière rime de l'artiste du ballon rond. Une mi-temps dans chaque camp pour ne pas faire de jaloux et faire profiter les invités de sa présence à leurs côtés pour cette soirée de gala. Un match anecdotique - les jubilés le sont tous - rôdé comme un show à l'américaine. Le discours du Roi en introduction accueilli par des « Love » fait place au spectacle. Pelé porte les couleurs du Cosmos en 1ère période et régale l'assistance. Le F.C Santos ouvre rapidement la marque lorsque le Brésilien égalise sur coup-franc à deux minutes de la pause. Bronca du public. Pelé inscrit le 1.278ème but de sa carrière. Un de plus. Le dernier surtout. The show must go en seconde période. Sous les couleurs de Santos. Pour boucler la boucle avec l'équipe de son cœur. Encore deux-trois passements jambes et quelques exploits. Cosmos l'emporte finalement 2 à 1. Il s'est mis à pleuvoir sur le stade des Giants. Sale temps sur New-York. Pelé entame alors un dernier tour d'honneur sous les yeux de Mohammed Ali, guest-star de la cérémonie, qui lâche son plus beau coup en évoquant son ami : « Désormais, nous sommes deux à être les plus grands ». En larmes, consolé par son ami Carlos Alberto, Pelé s'écroule et avoue, porté en triomphe et torse nu, « être mort un petit peu aujourd'hui ». Le ciel est de nouveau triste ce jour-là. « Et après, le football ne sera plus tout à fait la même chose » comme le dit modestement Nilton Santos, le plus grand défenseur sud-américain de tous les temps.

Pelé, favorable à un rapprochement entre les States et le Brésil.

La der de Pelé en live (ou presque).

Le carnet de notes de Pelé. Pas mal.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire