BIO EXPRESS DEGRADABLE. Alain Cosnard.

ALAIN COSNARD.
Hé, connard ! Cette blague-là, le malheureux joueur du Stade Rennais en a bouffé jusqu'à l'indigestion lors de chaque déplacement du club breton. Le natif de La Roë, c'est pas de cul, n'a choisi ni ses parents ni sa famille et traîne son patronyme comme un boulet sur tous les terrains de France. La faute aux supporters imbibés, l'almanach Vermouth en poche, pas très regardant sur la dignité humaine et un principe de base: pas les fringues, ni la famille. Alain Cosnard, handicapé par un nom à la con, chahuté dès sa plus tendre enfance sur les bancs de l'école et le long de la touche par la suite, mène cependant une carrière honnête sous le maillot rennais, le seul club de sa carrière qu'il fréquente de 1968 à 75. Tête baissée, sourd aux sollicitations des tribunes et aux blagues des adversaires, Alain Cosnard trace son chemin, sans se retourner, anonyme sans vraiment l'être. Un parcours du con-battant qui dure depuis sa naissance (le 19 septembre 1944) émaillé par quelques bouffées d'oxygène: la coupe de France 1971 et le trophée des champions dans la foulée. Deux titres qui ne jurent pas sur son CV. Depuis cette date, c'est monsieur Cosnard qu'on l'appelle. Et attention aux coquilles sur la feuille de match. Non mais...

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire