MATCH REPLAY. Le jour où... América Cali triomphe du mal.


Depuis sa création en 1927, América de Cali est manque. De titres et de reconnaissance face au voisin Deportivo. La guerre des cartels tourne à l'avantage du Depor qui monopolise le marché des titres de champion en ville. Cinq au total contre rien au diable América, l'emblème qui figure sur l'écusson du club depuis les années 40 avant de disparaître dans les 90's. Des questions d'ordre religieux paraît-il. América vit cette situation comme un enfer jusqu'au 19 décembre 1979 où les Diablos Rojos locaux remportent leur premier titre, un an après que les socios, dépités par le palmarès de l'équipe, eurent exorcisé le club de la malédiction : « la maldicion del garabato ». Une référence à un supporter, Benjamin Urrea, qui aurait jeté un sort sur le club lors de son passage au professionnalisme en 1948. A l'América, on est plutôt croyant avec ce genre de choses. Dieu ayant montré la voie, l'équipe rafle alors les honneurs et les bons coups durant les ochentas florissantes. Cinq titres consécutifs de 1982 à 86. América est le parrain de Cali. Mais en ce qui concerne la Copa Libertadores, les socios n'ont toujours pas trouvé de remède à l'échec. Quatre finales perdues pour autant de jouées. Une copie blanche comme de la poudre. Le sort s'acharne décidément sur América de Cali. Jeté par un cartel concurrent peut-être.

AMERICA DE CALI 1979.
Debout: Quiñónez, Valencia, Chaparro, Pascuttini, Reyes, Gay.
Accroupis: Ferrín, Bataglia, González, Cáceres, Cañon.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire