BIO EXPRESS DEGRADABLE. Ruud Krol.

RUUD KROL.
Avec l'Ajax, son club formateur, Ruud Krol décape tout sur son passage au début de sa carrière. Trois C1 d'affilée (1971,72 et 73), une coupe Intercontinentale (1972), deux supercoupes UEFA (1972 et 73). Ça cause dans le CV pour ce jeune débutant arrivé à Amsterdam - sa ville en fait, il y est né le 24 mars 1949 - à la fin des sixties (1968). Depuis, c'est la révolution du football-total. Avec les cheveux longs. En Europe et dans tout le pays. Jusqu'à son départ aux States pour les Vancouver Whitecaps (1980) – un exil doré d'une ½ saison – Rudolf Krol dit Ruud ou Rudi truste également six titres nationaux (1970, 72, 73, 77, 79 et 80) et quatre coupes des Pays-Bas (1970, 71, 72 et 79). Ruud croule sous le poids de la quincaillerie. De la menue monnaie pour le défenseur central des Oranje lequel, par deux fois consécutives, échoue en finale de coupe du Monde (1974 et 78) alors que l'équipe surnage les débats. Ruud Krol mais coule à pic avec la Sélection batave (83 capes de 1969 à 83) qui loupe ensuite le mundial espagnol sur un coup-franc de Platoche. « Ouiiiii Michel ». Tant pis, Ruud trouve son compte aux USA. Les poches bien garnies, il débarque au pied de l'Etna, au Napoli, histoire de rallumer la flamme du foot qui brûle en lui. Un bail de quatre ans (1980-84) animé par l'effervescence des tifosi de San Paolo, mais Maradona n'est pas encore là et Naples cafouille son football. Le prodige argentin déboule de Barcelone à l'été 84 mais Ruud croule cette fois sous le poids des années. A 35 ans, il rejoint Cannes (1984-86) comme les p'tits vieux et profite des loisirs de la Croisette puis met un terme à sa carrière, quelques semaines avant la cérémonie d'ouverture de la coupe du Monde 86. Les Néerlandais ne sont pas encore de la fête. Ruud s'en fout pour le coup. Il est invité à un repas-dancing avec madame.

Ruud Krol. Le parrain de la défense napolitaine au début des 80's.

SSC NAPOLI 1980-81.
En haut: Pellegrini, Fiore, Speggiorin, Del Frati (ent. adj.), Marchesi (ent.), Castellini, Krol.
Au milieu: Cramnado (masseur), Capone, Marino, Ferrario, Nicolini, Sansonetti, Bruscolotti.
En bas: Damiani, Giudetti, Vinazzani, Musella, Marangon, Improta.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire