LUIS FERNANDEZ au Racing.

A l'heure des (re)négociations de contrat au crépuscule de la saison, la plupart des joueurs du championnat en fin de bail récitent le même couplet, un truc appris dans les centres de formation : " cette équipe, c'est ma vie, mes tripes. Je kiffe ce maillot ". Une véritable love-story entre un athlète et son club qui se termine toujours mal, comme les histoires d'amour en général mais les Rita Mitsouko le disent mieux. Une infortune qui n'épargne personne, pas même Luis Fernandez à l'orée de la saison 1985-86 conclue par un titre de champion de France avec le PSG. Paris est européen et en C1. Or Luis, qui est libre, n'a pas encore signé de prolongation avec Paris Saint Germain. Et pour cause. Au lieu de participer à la coupe des Champions, Luis décide de bâtir un projet et une autre équipe compétitive dans la Capitale. La nouvelle tombe le 13 avril : " Luis Fernandez jouera la saison prochaine au Racing ". Jean-Luc Lagardère, le boss des Ciel et Blanc et patron de Matra, a mis le paquet et frappe un grand coup. Il veut son deuxième grand club à Paris et met la main à la poche pour attirer les voisins, notamment la figure charismatique du PSG. Barcelone, Bordeaux et Marseille..., les offres ne manquent pas pour le gamin des Minguettes. Le PSG est dans la course mais ne peut s'aligner sur le salaire. Luis choisit alors de rester chez lui, à Paris qu'il aime tant et son PSG dont il n'oubliera jamais "... que c'est lui qui a fait de moi ce que je suis aujourd'hui ". Une belle salope en fait. Choisir la maison d'en face pour narguer Borelli le père. Au moins Fernandez fait-il des économies sur les frais de déménagement. Pour un type qui touche avec son nouveau contrat le plus gros salaire du championnat de France. Luis est un mec classe et pas trop radin en prime. Mais bon, c'est Luis quand même, France-Brésil 86, Paris est magique, tout ça... Purée, Luis au Racing, c'est dur à avaler quand même.

Quand Luis Fernandez ne cause pas sur un terrain, il fait le ventriloque avec un pingouin. Et la danse des canards alors ?

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire