FOOT ROCK AND ROUFLAQUETTES. Pietro Anastasi.


PIETRO ANASTASI.
Une bonne tronche d'ouvrier de la Fiat qui crame du pneu sur le bitume tous les week-ends avec son combo post-punk new-wave, the Agnelli's, pour une série de concerts à l'arrache dans les squatts de la Botte, que lui préfère en peau de lézard et pointue accompagné de son costard rayé. En noir et blanc avec l'étoile de shériff cousue sur le coeur. Un logo distinctif porté comme un badge par le leader du mouvement underground italien qui se tire la bourre avec un autre band local, the Torino's, amateur aussi de vieilles bagnoles mais dans le genre américaines. Pas le même label mais un goût identique pour le rock indé tout en larsen et lunettes noires pour éviter les ultraviolets. Un peu comme son groupe préféré improbable, THE TRANSISTERS, qu'il a déniché de son trou un soir de première partie. Enjoy (division en série A, here is Pietro Anastasi and the Agnelli's) !



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire