MATCH REPLAY. Le jour où... Peter Bonetti donne sa langue à la Mannschaft.

14 juin 1970.
Venue: Nou Camp, Léon, Mexique.
23.357 spectateurs.
England 2-3 Germany.


Coupe du Monde 1970 au Mexique. Gordon Banks, l'inamovible gardien de la sélection anglaise, fête la qualification des siens pour les quarts de finale en se tapant une petite bière avec les copains. Fraîche ou pas ? Empoisonnée ? La cerveza locale file le tournis au portier british qui tombe malade et doit déclarer forfait pour le match suivant contre l'Allemagne. Une rencontre au parfum de revanche pour des Allemands qui ne digèrent toujours pas la finale de 1966 à Wembley. Peter Bonetti qui garde les cages à Chelsea depuis depuis un paquet d'années, supplée donc le titulaire en place. " The Cat " comme l'appellent les supporters des Blues n'a jamais réellement eu sa chance en équipe nationale. Face aux Allemands remontés comme des pendules, l'éternel second honore seulement sa 7ème cape internationale depuis 1966 et croit dur comme fer à sa bonne étoile. Bonetti n'a pris qu'un seul but en 6 sélections pour autant de victoires. Au début de la partie, l'Angleterre mène les débats, ouvre rapidement la marque par Alan Mullery (31ème) et double la mise juste après la mi-temps grâce à Martin Peters (49ème). Bonetti s'offre une victoire de plus sur un plateau lorsque Franz Beckenbauer réduit le score après l'heure de jeu (68ème). Il reste moins de 10 minutes à jouer quand Uwe se dit que Seeler d'égaliser (82ème). Les pendules sont à l'heure. Pendant les prolongations, la tension augmente d'un cran entre les deux équipes sublimées par un sentiment de fierté nationale. C'est alors que Gerd Müller, comme à son habitude, entre en scène pour venger la Nation d'une défaite tronquée quatre ans auparavant. Dans son style singulier, il arrache la victoire aux Anglais à la 108è minute en fusillant Bonetti de près. Les champions du monde en titre sont éliminés et Peter Bonetti jugé seul et unique responsable de cette déroute. Il ne portera plus jamais le maillot de la sélection après cette performance alors que Pelé en personne, relégué à un poste de défenseur pour le coup, estime n'avoir vu que trois grands gardiens dans sa vie : Gordon Banks, Lev Yachine et Peter Bonetti ". Pas de quoi faire ronronner The Cat qui trouve refuge dans l'oubli et les bois de Chelsea.  

Gerd Müller n'aime pas les félins qui jouent à la balle, ou plutôt dans un filet. Quel salopard !

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire