FOOT ROCK AND ROUFLAQUETTES. Johan Neeskens.


JOHAN NEESKENS.
WM 74. Alors qu'en France le président Giscard s'invite chez les gueux, joue de l'accordéon-musette et tape dans la balle comme un débutant, une horde de hippies urbains aux cheveux longs et la dégaine dépenaillée envahit l'Allemagne avec son football révolutionnaire. Les Hollandais font les punks avant l'heure, bousculant sur le terrain la sacro-sainte loi de la tactique de jeu, et bouleversent les esprits sportifs avec leurs tronches de rockers bouffés aux acides ou autres drogues hallucinogènes. Les rouflaquettes gonflées par les substances illicites, Johan Neeskens emmène la troupe des flying Dutchmen - rapport à une consommation journalière conséquente plus qu'à un style de jeu – tel un frontman dopé avec son gang en tournée. Des mecs qui enchaînent les dates et jouent à toute berzingue, one tou tri for c'est parti pour 90 minutes de show à fond les ballons (remplis ras la gueule mec, faut bien se détendre à la mi-temps). Catenaccio no way, Johan Neeskens c'est football total-rock'n'roll et sans concession. Toujours dans l'dur comme une bonne trique. Sex, drugs and pure football. Moderne et décadent comme son groupe préféré improbable: THE DANDY WARHOLS qui eux sont pas très purs au niveau de la santé, et préfèrent quand même le rouge à l'orange pour faire dans la métaphore.



1 commentaires:

  1. Beau gosse !
    Johan II était un "monstre" physique et d'intelligence tactique. Un monstre complémentaire au Génie de Johan I.

    RépondreSupprimer