COUPE DES COUPES 1980. NANTES-VALENCE. 1/2 finale.

1980 : ça y est c'est l'heure ! Le FC Nantes a droit à son moment de gloire européen qui est la propriété de St-Etienne depuis son épopée tout à l'arrache. Au contraire, les Canaris c'est le beau jeu. Un truc chiadé tout en mouvement. A la Nantaise quoi. Cette équipe est digne d'un exploit sur le plan européen et touche à son rêve au moment d'affronter Valence en 1/2 finale de la coupe des vainqueurs de coupes.

Henri Michel fait des figures comme au patinage artistique.

Au match aller, le 9 avril, Saupin fait le plein et ressemble à une fournaise comme Geoffroy-Guichard mais avec plein de poussins jaune. Et vert aussi. Satanés Stéphanois. Sauf que sur le terrain, ça tricote chez les Nantais qui se baladent et promènent les Espagnols dans tous les sens. En fait ils ont quand même du mal et ratent pas mal d'occasions par malchance quand Baronchelli ouvre la marque de la tête (27ème). Valence mord la poussière jusqu'à l'heure de jeu. Rampillon touche le poteau mais sur une contre-attaque, Mario Kempès égalise. La guigne pour les Nantais qui repartent à l'assaut et marquent en fin de partie par Baronchelli encore (79ème).

Baronchelli ouvre la marque - Bonhof et Rampillon.

Jeu de nains, jeu de vilains avec Loïc Amisse.

Deux buts à un. Maigre avantage avant le déplacement à Mestalla quinze jours plus tard. L'espoir dure à peine 10 minutes. Le temps qu'il faut à Rainer Bonhof pour ouvrir le score. Les Nantais tentent cependant de faire le jeu et bing ! Henri Michel marque... contre son camp. 0-2 à la pause. Les patates sont cuites et les Canaris passés au grill en seconde période. Mario Kempès, le bourreau de l'équipe nantaise, réalise un doublé et corse un peu plus l'addition. 0-4. Un peu salé même si Nantes a l'habitude avec Guérande qui n'est pas très loin, tout ça. Le FCN échoue aux portes de la finale et sort au deuxième tour la saison suivante contre l'Inter. Maudit destin.

Au match retour, les Nantais sont pas nombreux pour affronter Valence. Purée ça va être coton ce match. De g. à d.: Michel, Bertand-Demanes, Bossis, Tusseau, Rio.

Patrice Rio et Mario Kempès.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire