LE MATCH. FRANCE-BRESIL. 1/4 de finale.


Alors là, y a du lourd. Guadalajara. Stade Jalisco. 1/4 de finale de la coupe du Monde 1986. France-Brésil. Au moment de la photo des équipes, ce match n'est pas encore entré dans la Légende...

Le match en vidéo.


Le match.
Michel Platini se chamaille avec un Brésilien pour une histoire de ballon. Mais question ballon justement, au début de la rencontre, les Français n'en voient pas trop la couleur. La Seleçao est à l'aise dans ses crampons alors que la France courre un peu partout, mais surtout dans le vide...


... Arrive ce qui doit arriver. Careca ouvre le score pour le Brésil à la 17ème minute, à la suite d'un mouvement collectif do Brazil ! (0-1). Un quart d'heure après, c'est la tranversale qui sauve Joël Bats. Purée, on voit pas le jour...


Mais après le but Brésilien, l'équipe de France se libère et joue mieux. Juste avant la mi-temps, Rocheteau centre, Stopyra rentre dans le lard de Carlos qui laisse échapper le ballon, que Platini récupère, placé en embuscade, et envoie au fond des filets (1-1).

Le fait du match.

En seconde période, le jeu est équilibré. On joue sur le fil du rasoir. Careca envoie encore une tête sur la transversale (71è). Puis Zico rentre en jeu la minute suivante, et envoie Branco sur orbite d'une passe lumineuse dans la surface française. C'est son premier ballon du match. Joel Bats fauche le défenseur de Fluminense. Péno. Zico... En plein sur le gardien tricolore... Non, c'est pas le jour du Brésil. Manquerait plus qu'on passe pour des Allemands en prime...

Les tirs au but.
La prolongation ne donne rien. Mais à 3 minutes de la fin, Bruno Bellone se présente seul face à Carlos, sur une ouverture de Platini, lequel Carlos saucissonne joyeusement l'attaquant monégasque sans que l'arbitre ne bronche. Tout ça en dehors de la surface, pour faire encore plus gros. Bah rien, que dalle, bouge même pas un cil l'autre... Du coup, on va se taper une bonne séance de tirs aux buts. Bonjour la tremblote dans les mollets français.


Tout commence mal pour le Brésil, Socratès rate son tir au but. Plutôt Bats qui l'arrête.

Puis Stopyra, Alemao, Amoros, Zico, Bellone (sur un coup de cul monumental) et Branco réussissent leurs tentatives. Arrive le tour de Platoche. Il embrasse le ballon, l'essuie, le place, encore un bisou et boum... au-dessus qu'il la fout le Turinois. Ah bah bravo Michel. C'est la consternation. Pas pour longtemps, Julio Cesar envoie son tir sur le poteau de Joël Bats. C'est une séance de folie. Reste Luis...

... Fernandez qui envoie l'équipe de France au Paradis.

Platini peut féliciter ses copains et en particulier Joël Bats, le gardien du PSG, touché par la grâce ce jour du 21 juin 1986. La France est qualifiée pour les 1/2. Comme quatre ans auparavant. Et comme en 82, c'est contre l'Allemagne. Et comme en 82 aussi, encore une défaite (moins cruelle... enfin bref, si quand même). Sans prolongations ni tirs au but. Dans le temps réglementaire.

4 commentaires:

  1. Ben ouais, Fernandez il sait tirer son tir au but. Il se précipite pas pour y aller. Pas comme Six en 1982 contre l'Allemagne...

    RépondreSupprimer
  2. le seul et unique penalty raté (il me semble)de platoche de toute sa carriere....heureusement sans cosequence....mais quel match....meme si on s'en sort bien tout de meme.....car sur l'ensemble du match....au classement aux points...c'est bien qu'on ai gagnés

    RépondreSupprimer
  3. Ouais mais les casques à pointe après ça... Briseurs de rêves.

    RépondreSupprimer
  4. Platoche a vu quelques uns de ses pénos repoussés par des gardiens de Série A, mais a réussi à conclure dans la même action.

    RépondreSupprimer