BIO EXPRESS DEGRADABLE. Ivan Curkovic.

IVAN CURKOVIC.
Après avoir été formé au Velez Mostar, la ville qui le voit naître en 1944, puis être passé par le Partizan Belgrade où il gagne vite ses galons de titulaire et quelques titres nationaux au passage, devenant très rapidement international yougoslave dans la foulée, Ivan Curkovic débarque à St-Etienne en 1972 alors qu'il devait signer à la base pour le Sporting Club de Bastia. Pierre Garonnaire ayant flairé le bon coup le convainc de rejoindre les Verts au nez et à la barbe des dirigeants corses. Robert Herbin, tout juste nommé entraîneur de l'ASSE, tente de bâtir une équipe avec ses jeunes pousses du centre de formation et deux ou trois joueurs d'expérience dont Curko doit être le mo(ni)teur. Les premiers matches amicaux ne rassurent guère le Parrain du club forézien, Roger Rocher, sorte de roc sans état d'âme quand il s'agit de virer un gardien (l'affaire Georges Carnus). Les prestations d'Ivan Curkovic sont plutôt moyennes et sans éclats. Le président stéphanois allant jusqu'à interpeller son recruteur après une taule en lui demandant avec son verbe bien particulier " c'est ça Curkovic ? ". Le Yougoslave, vexé jusqu'au trognon, sort alors le grand jeu qui durera pendant huit années durant lesquelles Ivan Curkovic bâtira une défense de fer, formant ses jeunes arrières à un régime de tacles incisifs (son chouchou Christian Lopez) et aux montées fougueuses (l'Argentin Oswaldo Piazza) entre autres.


Une première année pour roder la machine, l'ASSE terminant à la quatrième place du classement du championnat de France 1972-73, les Verts entament ensuite un véritable show sur tous les tableaux dès la saison suivante et pendant pratiquement une décennie, remportant trois titres de champions consécutifs (1974, 1975, 1976) et des coupes de France au large (1974, 1975 et 1977). Sur le plan européen, St-Etienne décrispe la France entière avec un parcours d'anthologie. Des matches à retournements qui décomplexent un football français dans la panade à cette époque, dont le point culminant demeure la finale de la coupe des Clubs Champions en 1976 à Glasgow que St-Etienne perd face aux Panzers du Bayern, mais qui élève cette équipe au rang de Légende. C'est d'ailleurs durant cette période que Curkovic atteint son apogée un soir d'avril 76 sur les terres bataves du PSV Eindhoven en 1/2 finale de la C1 où il préserve les buts stéphanois et le maigre écart acquis au match aller (1-0), arrêtant toutes les fusées néerlandaises tirées dans ses 16 mètres. Un match plein comme disent les commentateurs.


Mais certains soirs sont moins glorieux comme cette nuit d'Anfield l'année suivante face à Liverpool, où le portier stéphanois se troue dès l'entame du match sur un centre-tir (?) pourri de Keegan qui fait mouche. Sa fin de carrière à l'ASSE ressemble d'ailleurs un peu à ce match. Il est remplacé au bout de quatre journées lors de la saison 1980-81 (l'année du 10ème et dernier titre en date de champion pour Sainté) par celui qu'il désigne comme son successeur et fils spirituel: Jean Castaneda dit "El Gato". Ce ne fut pas toujours de la tarte plus tard pour lui. Il se prend la tête avec Robby Herbin le rouquin chafouin qui pense que Curko à des vues sur son poste d'entraîneur alors que lui se voit bien dans un fauteuil de Président que Roger Rocher lui a promis. Les histoires d'amour finissent toujours mal en général.


PALMARES ET DISTINCTIONS.
Finale C1 1976 (St-Etienne)
Champion de Yougoslavie (1965)
Champion de France (1974, 1975, 1976, 1981)
Coupes de France (1974, 1975, 1977)
19 sélections pour la Yougoslavie.


7 commentaires:

  1. total respect, une idole de jeunesse, nous avons été des milliers à vénérer CURKO. probablement dans le top 5 des meilleurs gardiens européens des années 1975/1980 avec sepp maier, dino zoff, van beveren + schrijvers le gardien qui portait des bottes

    RépondreSupprimer
  2. Ivan restera pour moi un des plus grand gardien de but de tous les temps.
    Après temps d'année, je pense toujours à lui avec beaucoup d'émotion.
    Merci Mr Curkovic

    RépondreSupprimer
  3. Un tres grand gardien ! Sobre, efficace, humble, altruiste, charismatique ... un vrai dernier rempart sur qui les defenseurs pouvaient compter !
    C'est lui qui m'a conforté dans mon choix d'etre gardien de but !
    CT la classe !

    RépondreSupprimer
  4. Mon idole, avec Zoff, j'ai joué 14 ans au football, 14 ans gardien, je me souviens des entrainement a la Curko....on sortait rincé..Respect

    RépondreSupprimer
  5. Pareil ! je suis devenu gardien grâce à lui, c'était mon héros quand j'étais gosse ! Je l'ai vu il y a quelques années, de passage dans un talk show sur C+, j'ai été frappé par son élégance et son humilité. Il a su très bien vieillir.

    RépondreSupprimer
  6. idem et c'est avec bonheur de revenir sur ce fabuleux gardien qui restera pour moi le meilleur de tous...

    RépondreSupprimer
  7. Je fais également partie de la génération de gardiens de but qui doivent leur motivation à Yvan te terrible, et c'est vrai que les entraînements "à la Curko" c'était tuant mais aussi efficace...

    Merci Curko

    RépondreSupprimer