Le dico argot-foot du professeur Migeon. (Part 14).


Gérard Migeon traîne une drôle de réputation sur un terrain. Considéré comme un cave dans ses bois, le prince de la toile est un cador des vestiaires. Un fondu de la langue française qui travaille à la craie. « La Mige », son surnom dans la famille du ballon rond, connaît tout des rouages du football: ses vertus, ses vices et les petites formules qui fleurissent au ras du gazon. Le « Titi parisien » de Longjumeau décrypte et flingue le dictionnaire du foot, celui du temps des grandes heures, sur le tableau noir. Avec sa gouaille et sa moustache malhonnête, notre fine gâchette prend la plume et passe au vitriol les expressions du milieu. Et faut reconnaître, c'est du brutal ! Avis aux non-initiés.

DEVISSER:
Rater son tir ou sa passe. Par exemple, envoyer la balle au poteau de corner quand on vise le but.
  • « Mes joueurs ont dévissé sur la discipline. Il va falloir que je serre les boulons ». (Roger Lemerre durant la coupe du Monde 2002. Idem pour Domenech en 2012).
  • « Oui, gé eu dé vicé mais maintenan sa va bien ». (Franck Ribéry au sujet de ses histoires de cul).
  • « Dévisse et Versa ? Un sacré duo d'attaquant transalpin ». (Les Inconnus, toujours prêts à déconner).
  • « Bon, bah, je crois qu'on va encore parler de moi, là » (Didier Six, encore et toujours).
- Le cas en image -

- Ach problem, zi che dévisse 9 par 4, za fait combien ?
- Dettmar Cramer devant son tableau noir -

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire