Mon équipe de cœur par... SLip.

Avec Sylvain C., aka SLip, c'est toujours la fête depuis 1998. Pas spécialement grâce à la coupe du Monde d'ailleurs même si le gars en sous-vêtement en pince pour le ballon rond. C'est durant cette période de festivités et des footballeurs people que SLip entre de plain-pied dans l'underground musical en prenant en charge la communication du combo lyonnais Apple Jelly qui emprunte aux Beatles et aux Kinks ses rythmes pop déviants vers l'electro. Fort de cette expérience et diverses réalisations (pochettes d'albums, affiches, flyers...), SLip bosse en parallèle sur son propre univers où se croisent collages pop-art et minimalisme soviétique dans une ambiance de couleurs et désaturation seventies. Son truc ? La mise en scène d'un monde imaginaire et loufoque dans lequel les chiens vont au boulot, les tyrans sont en proie à une adolescence difficile et les femmes fatales découvrent les méfaits du maquillage. Une imagination débordante qui pousse le graphiste-illustrateur à créer son blog pour mettre en valeur son œuvre et collaborer avec d'autres « frappés » du ballon, comme sa participation à la Ligue de Football Sans Tête (LFST), où SLip et son compère Herbot coupent les têtes des joueurs, et aussi un peu l'herbe sous le pied du football star-system. Entre deux expos et quelques montages iconoclastes, SLip aime parler foot de manière sérieuse, surtout quand il s'agit des Verts, l'équipe de cœur qui a bercé la tendre enfance du Lyonnais (!!!). Évocation d'une passion sans état d'âme ni gros mots:

- « Je pense que je suis tombé dedans un peu comme tous les gamins nés dans la première moitié des années 70. Sainté était l'équipe dominante en France et une des équipes importantes en Europe. Les plus grands joueurs s'installaient à Geoffroy Guichard, donc pour tous les gamins, c'était l'équipe à suivre.
Je suivais mon père tous les week-ends sur les terrains de la Loire et dès que je pouvais, je tapais dans le ballon, j'étais un vrai mordu. J'avais besoin de ma tenue de pro même à 5 ans pour aller trainer sur les terrains boueux du district de la Loire. La proximité géographique a fait aussi que mes premiers matches pro l'ont été à Sainté.
Je me souviens avoir été pris en photo dans les gradins de Geoffroy-Guichard complètement vide, en enjambant les grilles avec mon père. Je me souviens des entrainements qu'on était allé voir, profitant des vacances. Les joueurs, notamment « Zig-zag » Zimako, qui passent devant moi et signent des autographes. Je me souviens aussi d'avoir suivi un match de barrage contre le Racing avec mon équipe de foot comme cadeau de fin de saison (19 Mai 1984). Le stade était archi-comble, 45000 personnes annoncées. On aurait cru revenir aux plus belles heures de la Coupe d'Europe. On devait être tout en bas de la tribune Paret, compressés comme des sardines. Je me souviens plus de l'ambiance que du match mais en y repensant, je chope des frissons.
J'ai aussi suivi le derby de 1994 dans le virage nord de Gerland et je me souviens m'être senti bien seul quand je me suis levé en hurlant ma joie au moment de l'égalisation stéphanoise !!
Mon aventure avec les Verts s'est toujours poursuivi même si je ne retourne plus au stade. Le samedi soir, j'ai toujours un oeil sur les résultats de l'ASSE ».

Aujourd'hui plus observateur que fanatique des tribunes, SLip jette toujours un regard vif sur le classement des siens. Quand on lui demande de poser son 11 type sur la feuille de match, l'équipe stéphanoise a plutôt de la gueule et semble bien armée pour ne pas finir le championnat en calbute. Un choix argumenté et plein de bon sens malgré quelques prises de tête pour coucher ses titulaires sur le papier:

- « Difficile d'équilibrer l'équipe et de ne pas retenir tous les joueurs. Trop de bons joueurs sont passés par l'ASSE. Bon à coté de ça, je prends Castaneda et pas Curkovic, ou Coupet, ou Janot. Pas très logique comme choix mais du haut de mes 8 ans, ça me paraissait être un super gardien. J'ai pas mis non plus de joueurs des années 70 comme Larqué ou les frères Revelli, je ne les ai jamais vu joués ». Bon y a quand même Rocheteau. D'un autre côté l'entraîneur fait bien ce qu'il veut aussi. Avis aux spécialistes.

- LE ONZE TYPE DE SLip -

Castaneda
Perrin - Sagnol - Blanc - Deguerville
Sablé - Moravcik - Zokora
Rep - Platini - Rocheteau

1 commentaires:

  1. Ayant trouvé votre site fort interressant je désirerais faire un échange de lien entre nos deux sites qui est
    http://bbkdsport.e-monsite.com
    Titre:bbkdsport tous le sport en direct
    ainsi que mon blog
    http://bbkdsport.over-blog.fr.
    Titre:Le blog sportif de bbkdsport
    ou bien en les ajoutant dans votre annuaire
    En vous remerciant par avance
    cordialement

    RépondreSupprimer