HOMONYMES OLYMPIQUES et destins (à tirs) croisés. Thierry Roland et Pierre Rolland.


THIERRY ROLAND vs PIERRE ROLLAND.
Thierry, Pierre. Pierre, Thierry. Deux prénoms pour un nom qui n'en est pas un. Roland. Comme Roland Marci dans « Poubelle la vie » sans l'accent méditerranéen. Mais revenons à nos moutons contaminés aux hormones. Thierry, c'est celui qui hurle comme un porc dans le micro alors que Pierre en chie la mort pour larguer Contador dans l'Alpe d'Huez. Un instant magique digne d'une finale de coupe du Monde. Tous les deux peuvent désormais partir tranquilles, ils ont atteint le sommet un jour de juillet. Et Thierry de fêter l'évènement autour d'une bonne cote de bœuf dans son resto préféré, chose que refuse catégoriquement Pierre s'il ne connaît pas la provenance de la viande ni de son interlocuteur, tout homonyme soit-il, d'autant que ce dernier continue de doper les audiences à chacune de ses prestations télévisées. « Maudite hématocrite » lance le maillot blanc à la cantonade en urinant dans son flacon. « Heu, la même chose que lui, hin, hin » de répondre le commentateur au teint rouge à pois blanc qui carbure au p'tit jaune et commence à rouler sous la table. « Hé, c'est pas de la Voeckler ça, hein mon Pierrot, hin, hin. D'ailleurs mon p'tit gars, quand est-ce que tu t'y mets toi au jaune ». Pierre a du mal à saisir la nuance et continue de s'entraîner fort tout en rêvant de podium et du paletot sur les Champs. « On pourrait faire une teuf comme en 98. Et l'autre Espingouin ne s'ra pas là en plus ». Toujours cette finesse qui ne quitte pas le leader des commentaires au 1er degré même si lui voit plus élevé en matière de vins et spiritueux. Et Pierre Roland de baisser la tête en cherchant la meilleure position aérodynamique, un vieux réflexe professionnel, un peu gêné par la prestation du journaliste et son schéma de jeu sans filet. « Tiens, c'est marrant comme ça, t'as vraiment l'air d'un coureur, hin, hin ». Pas tous les jours facile de porter le même nom et nier en bloc tout lien de parenté malheureux. « Et sinon mon p'tit Pierrot, Europcar, c'est l'objectif que vous vous êtes fixés en Champion's League cette saison? Perso, moi, ça s'ra un quart de rosé. Comme au Giro-nimo ». A cet instant, Pierre Roland emmène le 52x12 en direction du TGI pour entamer des démarches sur un éventuel changement d'identité. Son meilleur chrono à ce jour.

 Polo la Science, Thierry Roland, Pierre Fulla. One trip, one noise.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire