IDENTITE NATIONALE. La fiche Edf de... Georges Lech.


Première sélection ?
Houlala, ça remonte à loin cette histoire! Au 26 octobre 1963 exactement. Contre la Bulgarie dans le vieux Parc des Princes qui accueille encore les arrivées du Tour à l'époque. Un math comptant pour les qualifications au Championnat d'Europe. Une victoire fastoche 3-1. Du yaourt quoi!

La der ?
Dix ans après mes débuts en Bleu. Contre le Portugal et toujours au Parc qui a changé de gueule entre-temps. Un match amical que l'on perd 2-1. Eusebio nous bat à lui tout seul en inscrivant un doublé. Pourtant notre équipe a plutôt fière allure avec les Carnus, Adams, Michel, Bereta, Trésor... malgré Michel Mézy! A noter que ce jour-là l'arbitre de la rencontre, le Belge Franz Geluck, officie les débats avec un chat dans la gorge. Ah tiens, c'est drôle ça. Bien vue la vanne mon Jojo.

Fait marquant en Bleu ?
Bah pas vraiment étant donné que durant ma période internationale, l'équipe de France joue comme des Bleus d'Auvergne. Un style de jeu tout moisi de l'intérieur. Sinon il y a peut-être ma première sélection à l'âge de 18 ans et 4 mois et la première de mes sept réalisations, le 11 novembre 1963 face à la Suisse, un mois après mes débuts internationaux. Un vrai feu d'armistice en quelque sorte. Tiens, pas mal aussi celle-là!

Anecdote ?
Les copains qui n'arrêtent pas de me chambrer à chacun de nos rendez-vous internationaux. Mes surnoms à l'époque: vitrine, botte ou cul. Rapport à mon nom! Ah les cons, j'les vois encore frapper à ma porte durant la sieste, histoire de faire le mur: « Hey Jojo, tu viens avec nous faire les magasins! » qui disaient avant de partir dans un grand éclat de rire. Ils avaient aussi l'habitude de me laisser leurs crampons crottés après les matches, tout en gloussant. Pas toujours facile la vie des vestiaires. Mais bon, on était jeune et con. Puis Jojo finalement, c'est pas un ours mal léché et il connaît l'humour. Allez chalut mec !


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire