PRO CYCLING MANAGER. DE VLAEMINCK-ZIDANE. Rencontre au sommet (des monts des Flandres).

De Vlaeminck et Zidane départagés par la photo finish.
Le Zidane en question, c'est Djamel, deux coupes du Monde à son actif (1982 et 86) et 15 sélections avec les Fennecs. Une carrière bien plus modeste que l'ancien Galactique entamée à l'USM Alger avant de faire un petit détour par la France, à Corbeil-Essonnes, dans l'Enfer de la D.III. En région parisienne, Djamel Zidane n'a pas le temps de jouer au banlieusard, tête de iench et Americana aux pieds, puisqu'il atterrit à Eeklo (D.IV), au fin fond des Flandres à l'aube de la saison 1977-78. C'est à cette époque que l'international algérien rencontre Roger de Vlaeminck, quadruple vainqueur de Paris-Roubaix et quelques jolies classiques à son palmarès (Liège-Bastogne-Liège, Milan-San Remo, Tour des Fandres et de Lombardie...). L'occasion pour « Le Gitan », l'enfant du pays, d'évoquer ses vieux souvenirs d'enfance et sa passion pour le football qui le mène à porter les couleurs du KFC Eeklo, au poste d'avant-centre, avant d'épouser le métier de coureur cycliste au mitan des 60's, poussé par son frère ainé Erik, professionnel et spécialiste de cyclo-cross (7 titres de champion du Monde entre 1966 et 73) qui termine par ailleurs dans un asile psychiatrique suite à une consommation massive de produits dopants tout au long de sa carrière. Après son passage à Eeklo, Djamel Zidane poursuit son ascension en Belgique, d'abord à St-Nicolas (1978-80) en D.II puis éclate parmi l'élite à Courtrai (1980-84) où il est élu meilleur joueur étranger de première division, et termine enfin en roue libre à Waterschei (1984-87), vers la trentaine, aux côtés de « Tintin », Rémi Voordeckers, sans trop abuser du « tonton ». Djamel est intègre et tient à sa chevelure bouclée.

Visiblement, Roger de Vlaeminck a aussi porté les couleurs de la sélection U.S.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire