BIO EXPRESS DEGRADABLE. Alim Ben Mabrouck.

ALIM BEN MABROUCK.
Cousin très lointain de Rintintin, Alim Ben Mabrouck peut se targuer d'un exploit sans précédent sur facebook. En effet, avec ses 30 millions d'amis, Alim est LE roi du réseau social, loin devant Ma(ra)dona et David Beckham le rouge. Issu du quartier des Minguettes comme son ami Luis Fernandez, autre chien fou - limite enragé - dès qu'il court sur le pré, Alim découvre le foot dans la cité entre les voitures brûlées et les contrôles de balles de la police. Cavaleur dans la vie de tous les jours comme sur la pelouse râpée du stade de l'AS Minguettes, c'est finalement à Paris qu'il signe ses plus longues gardes à vue. D'abord repéré par le Paris F.C (1981-82), Alim s'exile une nouvelle fois en banlieue, à Colombes dans le 92 où le stade Yves-du-Manoir devient une sorte de prison dorée. En cellule au Racing Club de Paris (1982-90), qui devient Matra par la suite (toujours ce rapport aux bagnoles), Alim n'échappe pas aux quolibets et railleries des gangs rivaux durant sa peine. Malgré une première montée en 1984 et un titre de D2 en 1986, « l'homme aux trois poumons », selon son coéquipier Philippe Mahut qui court toujours après lui, et le Racing galèrent auprès des caïds de la D1. Lagardère lâche les liasses de Pascal et recrute parmi les barons du football mondial (Littbarski, Francescoli, Bossis et Gérard Buscher,...) mais la sauce ne prend pas, même avec l'arrivée de Luis, l'ami de toujours et homme de confiance du Lyonnais. Lâché par le boss, le Racing chute en 1990 et se fait oublier dans l'anonymat de la D2 après un dernier hold-up manqué, la coupe de France face à Montpellier. Alim trouve une planque aux Girondins de Bordeaux (1991-92) avant de retourner au bled, à l'O.L en fait (1991-92), bien à l'abri derrière son nouveau parrain-protecteur Aulas. Ben Mabrouck arrête alors définitivement les conneries, la boule à Z comme son palmarès vierge de toutes lignes et de réels exploits, malgré son courage et son rendement sur la pelouse, fort de ses 53 sélections sous le maillot algérien et une coupe du Monde au Mexique (1986). Là-bas, il aurait pu boire de la tequila avec le commandant Marcos. Mais comme il a pas le portefeuille de Manu Chao...

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire