THE UNDERTONES. Teenage kicks and Derry City.

The Undertones, en tenue, avec un ballon de water-polo.

Comme la plupart des gosses issus des quartiers catholiques de l'Ulster, les frangins O'Neill ont grandi avec un pavé dans la main et une bonne dose de rancoeur dans le verbe. Si tous regards sont tournés vers l'Angleterre lors de l'explosion punk en 1977, les tentatives (nihilistes) de déstabilisation de la monarchie et de révolte anarchique prennent un autre sens et ont un goût bien particulier du côté de l'Irlande du Nord, habituée aux cocktails explosifs qui sentent le soufre. C'est dans cette ambiance de résistance anti-unioniste que John (guitare) et Damian (guitare) et leurs potes Feargal Sharkey (chant), Michael Bradley (basse) et Billy Doherty (batterie) montent The Undertones dans leur ghetto pourri de (London)Derry en novembre 1975. Après quelques années de galère - tournées des pubs locaux, labels sourds à leur maquette,... - The Undertones obtient le petit coup pouce du destin en la personne de John Peel himself, qui bombarde le single « Teenage kicks » tiré du E.P éponyme (1978) sur son émission Radio 1 BBC. Un titre tatoué à vie dans les entrailles du DJ anglais qui propulse le groupe sur le devant de la scène qui signe dans la foulée chez Sire, label phare post-punk-new wave à l'époque. La carrière du groupe est lancée. Un premier album salué à l'unanimité par la critique « The Undertones » sort en 1979, suivi par « Hypnotised » (1980), « Positive touch » (1981) et « The sin of pride » (1983). Quatre albums dirigés par l'évolution musicale du groupe, les morceaux pop mi-cold mi-soul, parfois psychés, prenant petit à petit la mesure des premiers hymnes à l'urgence punk inspirés par les Ramones. Le combo splitte après une tournée au Royaume-Uni en juin 83 et quelques pépites dressant le portrait d'une jeunesse en perdition, un des thèmes majeurs du groupe qui n'oublie pas sa passion pour le foot. En bons fans de Derry City F.C, The Undertones rendent hommage à leur club sur le single « My perfect cousin » (1980) dont la pochette laisse apparaître un joueur de subbuteo aux couleurs de Derry. Pour en rajouter une couche, le clip montre Feargal Sharkey en tenue officielle du club dans le rôle d'un footballeur pas très à l'aise avec la technique. Lui préférait donner de la voix dans le kop ou sur microsillons. Et celle-là personne ne l'oubliera, avec son timbre unique, et surtout pas les supporters de Derry qui reprennent souvent en choeur les paroles de « Teenage kicks » dans les tribunes les jours de match. Une histoire d'amour pas encore consommée. « I want to hold you, want to hold you tight / Get teenage kicks all through the night ».


Le Kop de Derry City.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire