HAÏTI. Un p'tit tour et puis s'en va.

Qualifiée pour la première fois en phase finale d'une Coupe du Monde, Haïti a la lourde tâche de représenter la zone Concacaf pour ce WM 74 puisqu'elle a terminé en tête des phases qualificatives devant des équipes funky comme les Antilles néerlandaises, le Guatemala, le Honduras, mais aussi le Mexique - le grand favori des éliminatoires - ou encore Trinité et Tobago ketchup. Voilà pour la mayonnaise. Autant dire que Haïti fait figure de cendrillon dans ce mondial, notamment à la vue de son groupe: Italie, Pologne, Argentine. Pas de quoi trop faire les malins. Et pourtant tout commence bien pour les Haïtiens. Lors du premier match, ils se permettent même de coller la honte à Dino Zoff et l'Italie en ouvrant le score au début de la seconde période. Vexés, les Ritals en plantent trois par la suite mais Haïti a démontré quelque chose.

HAITI 1974.

Ces mecs ne se laisseront pas du tout marcher sur les crampons. Mais avant le deuxième match face à la Pologne, éclate l'affaire Jean-Joseph. Le pilier de la défense haïtienne est reconnu coupable d'avoir absorbé des pilules magiques. Dopé, Jean-Joseph est renvoyé dans ses pénates et subira ensuite une lourde suspension. Pas glop du tout avant d'affronter la Pologne et son équipe de roublards. Haïti coule durant la rencontre et en prend 7 dans la musette. Complètement perturbés par cette histoire de dopage, les joueurs Haïtiens abordent la dernière rencontre de sa poule face à l'Argentine en touristes paumés dans cette Allemagne hostile et sans coeur. Nouvelle branlée (4-1). Haïti repart donc chez elle avec trois défaites, deux petits buts inscrits à son compteur contre 14 encaissés, et un joueur détruit par son éviction et sa suspension à venir. Décidément, le WM 74, c'est vraiment pas trop la teuf'...



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire