BIO EXPRESS DEGRADABLE. Ronnie Hellström.

RONNIE HELLSTRÖM.
Le gardien le plus rock'n'roll de son époque. Dans Ronnie Hellström il y a HELL. Et là, ça en jette. Un nom sorti tout droit de l'enfer et des flammes de Vulcain. Des rouflaquettes à faire pâlir - mais c'est facile avec des Suédois - d'envie les groupes du label Burning Heart. Ronnie est LE portier légendaire de la Suède avec sa gueule de roadie chez Refused. Pourtant la carrière de Ronnie Hellström n'a rien de hardcore. Elle s'inscrit même sous le signe de la fidélité. Le gardien suédois qui compte trois participations à la Coupe du Monde (1970,1974 et 1978) avec l'équipe nationale, débute sa carrière dans le modeste club de Hammarby IF en 1966.

Un crew assez familial et propice à l'épanouissement du gardien aux gants cloutés, avec qui il obtient ses premiers hits (sélection pour le mondial mexicain, soulier d'or suédois en 1971). En 1974,après une excellente Coupe du Monde en Allemagne, Ronnie décide d'y rester. Le viking se plaît bien chez les casques à pointe et se sent d'attaque à stopper les pointus de Gerd Müller. Il signe au FC Kaiserslautern où il retrouve son pote Roland Sandberg, autre suédois à l'allure gaillarde, et compte comme partenaires un certain Klaus Toppmöller (parce que ça fait classe de le citer, un peu comme un groupe bien underground) ou encore Hermann Bitz..." krieg bop ". Un surnom donné par Ronnie himself qui porte au passage les mêmes initiales que Richard Hell. Et les mecs sont de la même année (1949). Bref. Z'ont pas garder les punks ensemble au CBGB puisque Ronnie officie en Bundesliga au 1.FCK. Son club à lui jusqu'en 1984. Sans rien gagner. Dix ans à stopper des patates venues de nulle part et se taper le folklore germanique pour rien. Ronnie-la-haine rentre au pays sans gloire. Pas su trouver le bon riff. Tout juste se contente t-il de quelques titres honorifiques. Un 2ème soulier d'or suédois en 1978 et une participation la même année à sa dernière Coupe du Monde en Argentine. Un destin de loser à la Johnny Thunders. C'est d'ailleurs au pays des Gauchos que le rockeur Suédois réalise le concert de sa vie, durant le Mundial tricoté par la junte militaire au pouvoir. Il se rend à une manifestation organisée par les Madres de la Plaza de Mayo, une association de mères d'enfants disparus depuis le coup d'état de 1976, devant la Casa Rosada où règne le dictateur Videla. Nazi-punks fuck-off ! Ronnie montre qu'il en a en s'opposant au pouvoir en place dans ce pays. Rock'n'roll conscient. En 1988, le vieux Ronnie tente un dernier come-back à 39 balais, pour le compte du GIF Sundsvall, histoire de taper le boeuf entre potes. Puis curfew.


1 commentaires:

  1. C'est le portrait le plus rock n' roll que j'ai jamais lu sur Ronnie Hellstrom

    RépondreSupprimer