Finale coupe de France 1977. ST-ETIENNE-STADE DE REIMS.

18 juin 1977.
ST-ETIENNE bat REIMS : 2-1 (0-0).
45.454 spectateurs.
Arbitre Mr Konrath.
Buts : Santamaria (63ème) pour Reims. Bathenay (83ème sur pen.), Merchadier (87ème) pour St-Etienne. 
Remplacement : Polaniok par Gianetta (75ème) à Reims.
ST-ETIENNE : Curkovic – Merchadier, Piazza, Lopez, Farison – Santini, Janvion, Bathenay – Rocheteau, H. Revelli, P. Revelli. Entraîneur : Robert Herbin.
REIMS : Laudu – Buisset, Durand, Dubouil, Masclaux – Polaniok, Ravier, Betta – Santamaria, Maufroy, Ducuing. Entraîneur : Pierre Flamion.


A.S SAINT-ETIENNE

STADE de REIMS

Pour ses 60 ans, la finale de la coupe de France s'offre un plateau de luxe ce 18 juin 1977 : St-Etienne - Reims. Une opposition entre les deux plus grands français. D'un côté, les Champenois représentent le passé, le football champagne des années cinquante-soixante. Les Verts sont le présent. L'ASSE surfe sur son épopée européenne qui a pris fin quelques semaines plus tôt à Anfield Road en quart de finale de la coupe d'Europe des clubs champions contre Liverpool. Cette année là, Sainté réalise en fait un exploit en coupe nationale lors de sa double confrontation en demi contre Nantes. Battus à plates coutures à l'aller au stade Marcel Saupin (3-0), les Verts s'arrachent à Geoffroy-Guichard et déplument les Canaris 5 à 1 après prolongation, dans une ambiance digne des soirées européennes. Le Chaudron s'enflamme encore et toujours. Les Rémois, au contraire, vivotent avec le souvenir des grandes heures à Delaune et plongent petit à petit vers une descente en D2. Le Stade est sous perfusion et tutoie un peu trop les dernières places au classement. Cette finale de 1977 est un ballon d'oxygène pour un club désormais anonyme, qui retrouve par-là un peu d'ambition.

A la présentation des équipes au Premier Ministre, les Verts sont archi-favoris dans les pronostics malgré une saison ratée, avec cette élimination européenne et une cinquième place seulement en championnat. Pas trop dans les habitudes de la maison verte, ni dans la mentalité du président Rocher de rester sur un échec. L'homme à la pipe veut une victoire en coupe pour sauver la saison de son club. Mais l'énergie dépensée contre Liverpool et Nantes a laissé des traces dans les organismes stéphanois. L'équipe est émoussée physiquement. De son côté, le Stade de Reims évolue sans sa star Carlos Bianchi. Le goleador s'est blessé contre l'O.G.C Nice au tour précédent, et assiste la mort dans l'âme à la rencontre depuis les tribunes du Parc. Sans son buteur, Pierre Flamion met au point un système hyper défensif : le double rideau devant les bois de Laudu. Riems bétonne derrière et emploie tous les moyens pour arrêter un adversaire fatigué, qui manque d'inspiration au cours de la première mi-temps, impuissants face à l'agressivité des Rémois. Merchadier et Janvion ont bien chacun leur occasion, sur coups de tête, il n'y a pas grand chose à voir sur la pelouse, sinon des Verts matés par les Rouge et Blanc.

La seconde période démarre sur le même schéma. L'équipe de Robby Herbin attaque. Hervé Revelli rate une occasion, encore sur un coup de tête, mais s'expose aux contres de plus en plus percutants des Champenois. Sur l'un d'eux, à l'heure de jeu, André Betta s'échappe sur la droite de la surface et centre sur Santamaria, l'autre Argentin de l'équipe, qui marque dans le but vide. C'est la surprise au Parc et le Stade commence à y croire fermement. L'ASSE continue son pressing, et multiplie les tentatives sur l'expérimenté Laudu. Le match est haché, âpre et viril. Mr Konrath doit souvent intervenir et provoque aussi la polémique sur un but d'Hervé Revelli qu'il valide d'abord puis refuse ensuite sous la pression des joueurs de Reims et de son juge de touche. Un hors-jeu de position de Rocheteau. Pour le public et les tétéspectateurs, c'est le coup de théâtre de cette finale crispante, laquelle ne manque pas de piquant ni de rebondissements.

C'est d'ailleurs au cours des cinq dernières minutes que celle-ci trouve son vainqueur. Une fin de partie tragique pour les hommes de Pierre Flamion. Masclaux a déjà une main sur la coupe lorsque Farison s'écroule dans la surface, bousculé par le capitaine rémois. L'arbitre désigne le point de pénalty. Par compensation proteste le banc champenois. Bathenay exécute la sentence. On joue la quatre-vingt troisième minute et voilà Sainté embarqué dans une nouvelle prolongation. Mais en ce jour d'anniversaire d'un appel historique, c'est aussi la fête à Alain Merchadier. Quatre minutes après l'égalisation, le défenseur stéphanois donne l'avantage aux Verts sur un coup de tête rageur qui conclue un dernier corner tiré par Farison, l'homme aux coups de pattes et aux rouflaquettes généreuses. Saint-Etienne gagne ainsi la coupe, le sixième succès des Verts dans la compétition, et sauve sa saison. L'ASSE se qualifie pour l'Europe. Et tombe sur Manchester au premier tour. Encore des diables rouges au programme.

- LE MATCH EN PHOTOS -

Merchadier, Rocheteau et Janvion bataillent dans la défense rémoise.


Gérard Janvion et Hervé Revelli des noises au juge de ligne.

Reims résiste à la pression des Verts (Janvion, Patrick Revelli et Rocheteau).

L'égalisation de Bathenay sur pénalty.


Alain Merchadier, le libérateur de St-Etienne.


La coupe à Curko et la pub du match.

Le héros du match sous le maillot rémois (Alain Merchadier).


L'ASSE, sa coupe et ses fans en training.

Artwork by : SLip

3 commentaires:

  1. C'est cool la vidéo de la finale, en revanche l'horloge parlante, mdr !!!

    RépondreSupprimer
  2. Yes je sais mais pas trouvé mieux...

    RépondreSupprimer
  3. Ah mais c'est pas un reproche. ;-)

    RépondreSupprimer