BIO EXPRESS DEGRADABLE. Carlos Bianchi.

CARLOS BIANCHI.
S'il est un joueur qui mérite son surnom de " goleador ", Carlos Bianchi est certainement celui-là. Formé au Velez Sarsfield où il brille et score régulièrement à chaque match (plus de 40 buts lors de la saison 1970-71), l'Argentin pose ses valises et son stock de buts de renard des surfaces à Reims durant l'été 1973. Les dirigeants champenois semblent avoir flairé le bon coup. Ils ne seront pas déçus. Durant les quatre années qu'il passe dans la cité des Sacres, Carlos claque la bagatelle de 97 buts et termine par trois fois meilleur buteur du championnat de France. De quoi ravir les supporters du Stade de Reims qui restent scotchés à un passé glorieux qui hante les travées du vieux stade Delaune. L'ombre de Kopa est toujours omniprésente dans les vestiaires et les souvenirs européens de la fin des années 50 ont du mal à se noyer dans les bulles de Champagne. Carlos Bianchi leur offre cette enivrante sensation que leur club est toujours bien vivant et qu'il ne semble absolument pas prêt à mourir. Comme on dit les grands clubs...

Carlos Bianchi. Un buteur qui a du flair comme son chien.

Mais les exploits de l'Argentin ne laissent pas insensibles d'autres présidents de l'Hexagone avides de faire de leur club une vitrine du football français. Surtout quand on dirige le club de la Capitale. Carlos Bianchi débarque ainsi au Paris SG au début de la saison 77-78 et donne à l'attaque parisienne une leçon de football champagne ! Lors de ses deux années au Paris Saint Germain, l'Argentin marque pratiquement autant de pions que le nombre de journées que comporte le championnat de France. 38 buts inscrits en 78 et deux de moins la saison suivante. Le Parc fait de Bianchi un prince.

Seulement le PSG à la fin des seventies c'est pas vraiment Byzance et Carlos Bianchi a besoin de voir grand et goûter aux joutes européennes pour se mesurer aux grands buteurs du Bayern, Barça, Ajax et consorts. Le haut niveau quoi. Et là c'est la tuile. La mouche dans le lait qui frise le drame. Un manque de sérénité qui ne le quitte pourtant pas aux abords de la surface de réparation adverse l'amène à Strasbourg à l'été 79. Le RCS vient d'être auréolé d'un titre de Champion de France la saison précédente sous les ordres de Gilbert Gress qui se dit qu'avec Carlos, la Meinau résonnera comme la Bombonera les soirs de Coupe d'Europe. Seulement Bianchi ne s'acclimate pas aux frimas de l'Est. Sa saison strabourgeoise est pauvre en buts et il joue peu. Total à peine 20 matchs joués et 8 pauvres buts en championnat. Son parcours européen est anecdotique malgré une redoutable efficacité (3 matches, 3 buts). Glacé par le vent d'Est et son expérience strasbourgeoise en dessous de tout, Carlos Bianchi s'en retourne au pays et son club formateur du Velez Sarsfield au début des 80's où il retrouve son sens inné du but, et revient à Reims, son premier flirt français, en 1984 en qualité d'entraîneur-joueur d'abord puis entraîneur tout court ensuite jusqu'en 1987. Il effectue enfin une pige à l'OGC Nice durant la saison 1989-90 (d'octobre à juin) qui termine la saison à la 18ème place cette année là. C'est le nombre de buts qu'il aurait pu inscrire avec cette équipe à l'agonie s'il avait eu encore les jambes de ses 20 ans.

Soulier d'Or à Reims, Carlos Bianchi pédale dans la choucroute à Strasbourg.

LA PHOTO RETRO

- CARLOS BIANCHI AU STADE de REIMS -


- CARLOS BIANCHI AU PSG -

- CARLOS BIANCHI A STRASBOURG -

25 commentaires:

  1. Carlos, légende immortelle du Stade de Reims. Que de fabuleux souvenirs lorsque ce grand monsieur portait nos couleurs!

    RépondreSupprimer
  2. Personnellement j'aurais bien imaginé qu'une tribune de Delaune porte son nom. C'est toute une génération qui comme moi a apprécié les qualités de ce footballeur, de plus, c'est un fidèle du stade de Reims; ou qu'il soit, quoi qu'il dise, il y a toujours une pensée pour son ancien club. Merci Carlos.

    RépondreSupprimer
  3. meme pas une tribune a son nom pourtant il en a fait du bien au stade de reims .... ca c etait un avant centre ..quoi que maintenant on a cedric faure pas mal non plus

    RépondreSupprimer
  4. super carlos
    prendre le ballon à 70 metres du but tripler 7 joueurs et marquer
    carlos le faisait

    kopa sur son côté droit super tripleur et centreur
    j'ai vu joue ces 2 joueurs
    c était super

    RépondreSupprimer
  5. mr bianchi merci et bravo

    RépondreSupprimer
  6. j'avais 12 ans lorsque carlos arrivait au stade, je l'ai vu joué et j'etais fan de ce vrai goleador.j'ai 49 ans et toujours abonné a la tribune méano avec mon fils qui a 12 ans,pratiquement a chaque match je lui parle de carlos,des 5 ans il savait qui etait bianchi.il restera a jamais dans ma memoire comme un grand buteur et un tres grand monsieur.merci a lui pour ces buts et son amour du maillot rouge et blanc

    RépondreSupprimer
  7. pourquoi ne pas faire appel à carlos pour coatcher le stade l'année prochaine en ligue2?

    RépondreSupprimer
  8. Quel magnifique joueur. Il était dans la lignée des joueurs de la belle époque du stade.
    Je me souviens que Reims avait battu le PSG 6 buts à 0. Devinez qui avait marqué les SIX buts ?
    Bien deviné.
    Merci Carlos pour tout ce que tu as fait pour notre équipe.

    RépondreSupprimer
  9. Ghislain AUBRY24/02/2010 20:42

    Moi aussi, je ne peux que dire ..... "Merci" ou plutôt "MERCI"..... en lettres majuscules.
    MERCI pour toutes les joies que vous nous avez procurées, tous les espoirs que vous nous avez apportés..... et qui sait, si ce sinistre match amical au Parc des Princes contre Barcelone, je crois, où vous avez eu la jambe fracturée, n'avait pas eu lieu.... notre cher SDR aurait peut-été champion de France, car il était en tête du championnat de D1 à ce moment là..... et un 2ème Grand Reims aurait peut-être existé.....
    MERCI Monsieur BIANCHI.
    Ghislain AUBRY

    RépondreSupprimer
  10. j avais 6 ans la 1 ere fois que j ai ete au stade

    merci carlos tu as participe a la legende du stade de reims. te voir sur le terrain me donnais des frissons merci pour tous ces moments de bonheur je ne t oublierai jamais

    RépondreSupprimer
  11. Olivier

    Un grand Monsieur. Trop jeune pour l'avoir admiré en tant que joueur mais je n oublie que Carlos est a l 'origine de la venue d Ivo Basay au stade de Reims. Et le le numero 11....Ivo...
    Merci Mr BIANCHI

    RépondreSupprimer
  12. carlos et cette équipe était ma joie de vivre.
    du beau foot-ball,pas comme maintenant ou seul
    l'argent compte.

    merci carlos

    j-marc lavabre

    RépondreSupprimer
  13. j'ai eu la chance de le voir jouer quand j'avais 7-8 ans et je m'en rapelle encore et je n'oublie surtout pas santamaria quelle paire d'attaquants

    RépondreSupprimer
  14. j'avais treize ans quand j'ai vu arriver Carlos Bianchi. Pour moi c'est un mythe
    Merci et Bravo
    Christian.

    RépondreSupprimer
  15. Un homme d'une gentillese exemplaire qui ne se prenait pas pour.........ce qu'il était.
    Lors de son arrivée, j'ai eu l'occasion de parler avec lui (je suis Espagnol de naissance) à la mi-temps d'un match amical de pré-saison contre les pompiers de Mourmelon.
    Comme nous habitions alors le même quartier (Bd Pommery), Carlos m'a toujours ensuite très gentiment dit quelques mots à chaque fois que nous nous croisions, le plus souvent au Fontenoy où il venait chercher l'Equipe et l'Union.
    La grande classe sur le terrain et en dehors.
    Gracias por todo, señor Carlos.

    Jean Louis Lopez

    RépondreSupprimer
  16. Un grand merci de pouvoir rendre homage à ce grand joueur mais aussi entraineur.
    Mais aussi un grand merci à Carlos Bianchi de ne pas oublier le stade.

    Fred (78)

    RépondreSupprimer
  17. pour moi il aura ete le plus grand jouerdu club il aura fait rever toute une generation grand merci a lui

    RépondreSupprimer
  18. Je suis heureux de l'avoir vu ce drole de monsieur

    Merci Carlos

    RépondreSupprimer
  19. mousse 57
    quelle reims === bianchi santamaria brucato masclaus frere lecht laraigne jodar et le reste
    merci pour tout souvenir

    RépondreSupprimer
  20. J'avais dix ans quand Carlos est arrivé à Reims, je me souviens encore de la photo dans L'Union en page sports ce jour de 1973 : Carlos dans une piscine ! On se demandait qui c'était et puis dès la (défunte) Coupe des Alpes en août il a commencé à empiler les buts et s'est mis le public dans la poche. Que de souvenirs, notamment un Reims-Nantes (4-2) où je suis arrivé deux minutes en retard à Delaune accompagné d'un oncle normand venu voir le phénomène, Carlos avait déjà claqué 2 buts (dont un de la main il est vrai), 2-0 au bout de 2 minutes de jeu...

    RépondreSupprimer
  21. lors de la coupe des alpes plusieurs joueurs etaient a l'essai attaquants et milieux de terrain.
    en seconde mi temps carlos bianchi est entré pas du tout une allure de footballeur loin de la un déhanchement bizarre une coupe ras devant et long derriere puis une action des plus grands, prise de balle au milieu de terrain et un but tout en finesse en face a face avec le gardien puis un second but.
    avec des ziwika laraignée quel spectacle de football

    RépondreSupprimer
  22. c'était l'époque ou on vendait DELIO ONNIS pour acheter CARLOS BIANCHI !

    J'ai eu la chance d'être de cette génération ,

    REIMS PSG 6 à 0 avec 6 buts de Carlos

    REIMS MONACO 8 a 4 avec 5 buts de Carlos et 4 de Delio ! un autre monde et puis tout c'est écroulé en 79 Pourquoi ?

    RépondreSupprimer
  23. Carlos for ever associe avec Onis en coupe des alpes on ne s ennuyait pas a delaune

    RépondreSupprimer
  24. Fantastique Carlos ! Quelle déception, sa blessure pour la finale de la coupe de France 77. Que de souvenirs.
    La spécialité de M. Bianchi. Ne pas s'accroupir mais s'asseoir sur le ballon pour les photos d'équipe.

    RépondreSupprimer
  25. ...qui sont les crétins qui ont laissé partir CARLOS à Paris ?, un buteur qui plante au minimum 30 buts par saison ?... je crois que ces abrutis n'ont pas voulu payer le "prodige" à sa juste valeur...et ils ont envoyé le stade directement en D2 pour 33 ans !!! Mimi.

    RépondreSupprimer