25/08/2010

BIO EXPRESS DEGRADABLE. Ivica Surjak.

5

Dans le bouillant stade de Poljud, prononcer le nom d'Ivan « Ivica » Šurjak plonge la Torcida 1950 dans la nostalgie. Celle de la grande époque de son Hajduk Split et son vieux stade Stari Plac. Le club de toute la Dalmatie, et peut-être le plus populaire dans la Yougoslavie de Tito, et la Croatie de maintenant. Très vite baptisé « Ivo » ou « Šuro», la jeune pépite du Hadjuk – il y signe sa première licence à 11 ans – débute avec l'équipe fanion dès l'âge de 17 ans, face au champion en titre Partizan Belgrade, le 3 octobre 1971. Les « Bili » (les blancs) s'imposent (2-1) grâce au but victorieux de Šurjak. Alors qu'il n'est pas encore majeur, Ivo est déjà élevé au rang de héros dans la capitale dalmate qui l'a vu naître le 23 mars 1953.

Un statut qui pourrait déstabiliser le jeune attaquant. Or, celui-ci s'en accommode très bien et répond aux attentes des supporters souvent exigeants de ce côté de l'Adriatique. « Šuro» est un titulaire à part entière de l'équipe et son jeu détonne. Tantôt arrière (son poste de formation), puis milieu et sur le front de l'attaque, Ivica Šurjak pratique le football total mis en lumière par l'Ajax et les Pays-Bas de Johan Cruyff. « Ivo » est un joueur moderne. Il porte les cheveux longs comme les Néerlandais, captive l'attention du public par les débordements sur son aile et les passes décisives qu'il distribue à la pelle. Fort de cet élément aussi précieux qu'imprévisible, Hajduk Split traverse la décennie 70's en imprimant son sceau sur le territoire yougoslave. La perle dalmate accumule dès lors les trophées. A commencer par les titres de champion (1974, 75 et 79) et une flopée de coupes de Yougoslavie (1972, 73, 74, 76 et 77). Un joli collier de médailles sur lequel manque cependant une distinction européenne. Hajduk Split se contente de trop rares accessits – une demi-finale de la coupe des vainqueurs de Coupes 1973 face à Leeds (0-1, 0-0) – mais peine en général à franchir les quarts au cours de ses nombreuses participations en coupe d'Europe. La France découvre d'ailleurs « Ivo » lors de la double confrontation qui oppose son club à l'ASSE en C.1. Auteur de trois passes décisives à l'aller, Šurjak contribue à l'humiliation des Verts à Stari Plac (4-1) avant de perdre la face à Geoffroy-Guichard (1-5). Cette élimination est malheureusement symbolique du manque de carrure de Split au niveau européen. C'est un peu la même chose avec la sélection yougoslave pourtant pétrie de joueurs talentueux.

Après son début de carrière en fanfare des Balkans, « Šuro» intègre la sélection yougoslave le 21 octobre 1973 pour une rencontre qualificative au WM '74 devant l'Espagne (0-0). La première de ses 54 capes internationales qui lui permettent de disputer deux coupes du Monde (74 et 82) et un Euro (1976) au cours desquels « Ivo » et ses coéquipiers jouent avec le frein à main. Manque d 'ambition ou peur de mal faire, le joueur yougoslave de l'année 76 se rate dans les compétitions internationales. Ce qui n'empêche pas les recruteurs avisés d'avoir les yeux grands ouverts sur lui. A 28 ans, libre de pouvoir quitter le pays comme le stipule le mode de fonctionnement de la fédération yougoslave dicté par le régime communiste, Ivica Šurjak est l'objet de nombreuses convoitises. Des clubs italiens et allemands sont à l'affût, Anderlecht et son entraîneur Tomislav Ivić (qui l'a dirigé de 1973 à 76) mettent la pression. Mais c'est Francis Borelli qui réalise l'opération. « Ivo » signe à Paris parce « c'est de loin la plus belle ville d'Europe voir du Monde [et] qu'il n'y manque qu'une chose : un grand club européen, souligne le néo-parisien pour justifier son choix. Je souhaite que cela arrive et y participer ». Dans les coulisses, on dit aussi que la fiancée de « Šuro», une Française, a été très active au cours des négociations.

Ses débuts sous le maillot du P.S.G sont plutôt hésitants. « Ivo » subit le contre-coup d'une suspension de quatre mois au pays à la suite d'un séjour prolongé au Grand Duché du Luxembourg. On plaisante pas avec la discipline même quand on est une star selon la fédération yougoslave. Ainsi, Ivica Šurjak manque de jambe et semble un peu court sur le pré. Puis il rattrape peu à peu le temps perdu et fait l'étalage de toute sa technique au fil des rencontres. Le Parc est conquis par ce joueur complet qui régale un soir de finale de coupe de France contre Sainté. Auteur de deux passes décisives, dont l'une pour Rocheteau dans les derniers instants de la prolongation qui ramène Paris à hauteur des Stéphanois dans un Parc ivre de bonheur, Ivica Šurjak est l'un des protagonistes du premier titre officiel du P.S.G. Le club de la Capitale est européen grâce à « Ivo », hier adulé à Split et magique à Paris ce 15 mai 1982. Mais l'histoire entre le Dalmate et la Ville Lumière est de courte durée. Après le succès en coupe de france, « Šuro» s'engage avec Udinese malgré les efforts de Borelli pour le garder. En Italie et alors qu'il approche doucement de la trentaine, Ivica semble perdu sur le terrain et perd peu à peu la confiance des dirigeants. La mise en concurrence avec Zico, la star brésilienne arrivée en 1983, scelle le sort du Yougoslave dans le Frioul et son avenir dans le Calcio. Plus vraiment désiré, il quitte l'Italie la tête basse et le moral en berne.

Las, Ivica Šurjak rebondit en Espagne où le Real Saragosse l'accueille pour une saison (1984-85) marquée par un exploit individuel et un but superbe contre le champion en titre Barcelone. A 31 ans, « Šuro» a encore de beaux restes. Le Real Madrid est intéressé par son profil mais ne concrétise pas l'affaire. Le New-York Cosmos lui fait offre financière à plusieurs zéros. Il refuse et raccroche les crampons dans le foulée. « Ivo » retourne alors à Split, sa ville, son âme et son Hajduk où il occupera plus tard des fonctions administratives et sportives.





Author Image

About thevintagefootballclub
Le blog foot retro 70's / 80's un peu yeah sur les bords !

5 commentaires:

  1. Que de souvenirs malgre tout
    Pour info j'ai trouvé 2 liens intéressants
    http://vinovo.magnify.net/video/Ivica-Surjak-Julija-Disko-hit
    et
    http://www.discogs.com/viewimages?release=1285611

    RépondreSupprimer
  2. Excellents liens. Un petit sujet sinon: http://thevintagefootballclub.blogspot.com/2010/08/ivica-surjak-plays-singles.html

    RépondreSupprimer
  3. j'etais petit et j'ai un vague souvenir....mais vrai qu'il etait bouillant

    RépondreSupprimer
  4. Très grand joueur,un des tout meilleure du Psg

    RépondreSupprimer