FOOT ROCK AND ROUFLAQUETTES. Billy Bonds.


BILLY BONDS.
Petite frappe de l'East End avec des gnons sur la tronche, traces d'un gaillard qui n'a pas froid aux yeux quand il s'agit de faire la bagarre, c'est Billy Bonds : agent très spécial de West Ham où il effectue toute sa carrière. Une bonne vingtaine d'années chez les Hammers (de 1967 à 88) à punir ses adversaires du côté d'Upton Park quand l'ICF règle ses comptes avec les bandes rivales dans tout le pays. Chronique prolétarienne. Bien trempé dans la tradition anglaise, Billy Bonds transpire le foot, la bière et la baston. Et rote sous le pif de la reine, comme Cockney Rejects – le combo punk-oï pro-Hammers – éructe l'hymne du club et n'hésite pas à causer de hooliganisme dans ses textes. Le style casuals. Plus classe et moins virulent, Billy Bonds préfère les stars et THE STRYPES, un groupe de foutus irlandais sapés comme des mods, élevé au son du rythm' and blues et au rock-garage. En mode revival. Un retour à une époque bénie où Billy soulevait la Cup... et les jupes des filles.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire