Le dico argo-foot du professeur Migeon (Part 25).


Gérard Migeon traîne une drôle de réputation sur un terrain. Considéré comme un cave dans ses bois, le prince de la toile est un cador des vestiaires. Un fondu de la langue française qui travaille à la craie. « La Mige », son surnom dans la famille du ballon rond, connaît tout des rouages du football: ses vertus, ses vices et les petites formules qui fleurissent au ras du gazon. Le « Titi parisien » de Longjumeau décrypte et flingue le dictionnaire du foot, celui du temps des grandes heures, sur le tableau noir. Avec sa gouaille et sa moustache malhonnête, notre fine gâchette prend la plume et passe au vitriol les expressions du milieu. Et faut reconnaître, c'est du brutal ! Avis aux non-initiés.

PLEUREUSE :
Se dit d'un adversaire qui se plaint du traitement infligé.

  • « M'sieur l'arbitre, y fait sa pleureuse, j'lui ai à peine égratigné les joues avec mes crampons de 32 mm. » (Carlos Mozer, poète défenseur incompris).
  • « Aux chiottes les chialeuses. » (Raymond Domenech, homme de main du gang des Lyonnais).
  • « Tous des gonzesses. » (Bernard Boissier, ange déchu nîmois).

  • - Le cas en image -

    Un gars qui pleure à grosses larmes (Mario Kempes).

    0 commentaires:

    Enregistrer un commentaire