L'équipe du dimanche après-midi. S.C AMIENS 1973-74.


SPORTING CLUB AMIENS 1973-74

Debouts : André Grillon (ent.), Robert Ragon, Roger Lacour, Jean-Louis Delecroix, Guy Fromholtz, Jean-Michel Lefèvre, Paul Imiela, Gilles Gosset, Jean Fontaine (vice-pdt).

Accroupis : Patrick Bigot, Hubert Skupnik, Robert Buchot, André Cadart, Lionel Sachy.

Après avoir goûté à la Division II au début des seventies (de 1970 à 73), le Sporting Club d'Amiens, parachuté dans le groupe Nord de la D.III, vise à nouveau la montée lors de l'exercice 1973-74. C'est le voeu du président Camille Cavy et de ses collaborateurs, des bénévoles passionnés et déterminés qui dirigent un club sans le sou mais pas à court d'idées pour amener du monde au vieux stade Moulonguet. 

La meilleure trouvaille, c'est d'abord peut-être l'entraîneur André Grillon. L'ancien international (15 sélections) passé par le Racing Club de Paris, Lyon et le Stade Français, arrive en Picardie en 1968 (il partira en 1977) avec son expérience du haut niveau dans ses bagages. Avec lui, l'équipe progresse, monte les échelons et squatte un temps l'élite malgré le statut amateur de ses hommes. « Ici tous les gars travaillent, concède le coach né à Paris. Ils s'entraînent après leur journée ou à l'heure du repas une fois par semaine. Croyez-moi, il faut le faire et pour cela le courage et la volonté sont nécessaires ». Mais c'est parfois aussi insuffisant, ce qui explique la descente en 73 et une dernière place au classement. Le public amiénois réclame alors la tête de Grillon. Mauvaise pioche.

Un an plus tard, ce dernier est porté aux nues. Le Sporting domine son groupe, dans lequel on retrouve Abbeville, Noeux-les-Mines, Saint-Quentin et les réserves de Lens, Valenciennes, Sedan et Reims, et termine en tête à l'issue du championnat (44 pts). Amiens retrouve la D.II, le buste gonflé, malgré son échec lors de la conquête du titre de champion de D.III contre la réserve de Nantes (1-4 ; 2-4). Le vétuste stade Moulonguet est à nouveau à la fête, comme durant toute la saison où les dirigeants, sans un rond en poche, organisent des paris à chaque match. Sur une carte vendue deux francs à l'entrée, il faut trouver sur le résultat des rencontres et le nombre de spectateurs. Au final, des cadeaux pour les gagnants et le jackpot pour les dirigeants. Pour le gros lot, ce sera la D.II pour tout le monde.

Le S.C Amiens en civil.
De gauche à droite : Fromholtz, Ragon, Lacour, Sachy, Buchot, Bigot, Mr Lesueur (secrétaire), Cadart, Imiela, Delecroix, Skupnik, Lefèvre, Mr Denis (trésorier), Grillon (ent.).

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire