IVAN CURKOVIC : Les collègues passés au crible.

A la fin des années soixante-dix, Ivan Curkovic apparaît comme le « number one » des gardiens du championnat de France. Pour la plupart, le portier stéphanois est le maître des bois. Au royaume des manchots, Curko est le roi. Un titre, certes honorifique, qui permet au Yougoslave de juger ses pairs dans les colonnes de Football Magazine en janvier 77, à la demande des journalistes du canard. Ivan le terrible répond comme à la parade, sans langue de bois ni concession, en vrai professionnel. Curko juge et décrypte ses collègues, à la manière d'un vieux sage un peu paternaliste toujours apte à prodiguer ses conseils : « Tout ne s'apprend pas dans notre métier, car il comporte une part importante d'inspiration. Mais j'affirme qu'un joueur est toujours perfectible s'il travaille sérieusement. » A bon entendeur...

DOMINIQUE BARATELLI (Nice).
C'est un garçon que j'aime beaucoup bien que son style ne soit pas le mien. Il est très concentré, trop parfois peut-être, mais sa régularité est un gros atout pour son équipe, en club mais également pour l'équipe de France. S'il est parfois critiqué, c'est parce qu'il est présent.

Dominique Baratelli (O.G.C Nice)

PHILIPPE BERGEROO (Bordeaux).
Un espoir que j'ai trouvé en net progrès. Sa taille haute ne le handicape pas trop car il est très souple en dépit de cette morphologie.

DANIEL BERNARD (Rennes).
Je ne comprends pas qu'arrivé en réserve de l'équipe nationale malgré une forte concurrence, il ait disparu si longtemps. Question de moral, certainement, qu'il lui faut retrouver.

JEAN-PAUL BERTAND-DEMANES (Nantes).
Sa taille exceptionnelle devrait le conduire à tenir un rôle presque de second libéro. Je le connais assez bien  et je suis presque certain que s'il travaille beaucoup, on le retrouvera aux sommets.

Jean-Paul Bertrand-Demanes (F.C Nantes).

JEAN-CLAUDE CHEMIER (Lille).
Il est de ceux que je connais peu. Il m'a donné l'impression d'être très timide, peut-être un peu trop.

CHRISTIAN DELACHET (Valenciennes).
Sans doute le plus souple, voire le plus acrobatique de tous. La contre-partie réside dans sa taille moyenne et les sorties.

GILLES DE ROCCO (Lyon).
Un jeune assez nerveux qui ne manque pas de talent, et possède avec Jacquet un entraîneur capable de le faire beaucoup travailler, et donc progresser.

GUY FORMICI (Troyes).
Encore un gardien à réflexes, très souple, et qui bénéficie d'une équipe aux possibilités assez limitées, ce qui lui permet de briller davantage. 

JEAN-MICHEL FOUCHE (Angers).
Sa longue carrière est la meilleure preuve de son talent. Son expérience est son sang-froid sont, en outre, très bénéfique pour son équipe.

JACKY LAMY (Laval).
Ne l'ayant aperçu qu'une fois, il va de soi que je ne peux pas porter de jugement sur lui.

CHRISTIAN LAUDU (Reims).
Je dirai de Laudu que c'est un gardien rationnel, sans gestes inutiles. Il connaît bien ses possibilités et il les exploite au mieux.

GERARD MIGEON (Marseille).
Celui-là je le connais bien, et pour cause car il était à Saint-Etienne. Presque perdu pour le football, son retour au premier plan est la meilleure preuve de sa grande valeur technique et humaine. Même blessé, il n'a jamais désespéré et m'assistait dans mes entraînements.

JEAN-MICHEL MOUTIER (Nancy).
Je ne suis pas certain qu'une taille au-dessous de la moyenne permette de s'imposer comme gardien dans le football d'aujourd'hui. Bon sur sa ligne.

HENRI ORLANDINI (Nîmes).
Lui aussi, je ne l'ai pas vu souvent jouer mais il va de soi que sa stature me semble être un atout sérieux pour lui.

ILIJA PANTELIC (Paris S.G).
Il m'est difficile de parler de lui pour des raisons évidentes. C'est mon meilleur ami après avoir été mon concurrent depuis 1962. Et puis, tant pis, je le dis quand même : c'est le meilleur !

OGNJAN PETROVIC (Bastia).
Encore un gardien de l'école yougoslave, dernier titulaire en date. Il possède d'énormes qualités, un tempérament très tranquille mais il ne parvient pas toujours à se concentrer 90 minutes.

ANDRE REY (Metz).
Je le dis tout net, c'est le gardien français qui m'a le plus impressionné depuis que je suis arrivé en France. Il a toujours été un sérieux obstacle pour nous. Son envergure et son coup d'oeil sont remarquables. J'attends avec curiosité et intérêt sa première sortie internationale, et comment il va réagir. 

André Rey (F.C Metz).

ALBERT RUST (Sochaux).
Gardien souple, jeune et enthousiaste. Sa concurrence avec Bats est le meilleur stimulant pour les deux.

JEAN-PIERRE TEMPET (Lens).
Je le connais peu mais suffisamment tout de même pour avoir décelé en lui des qualités de base mais aussi un acquis dû probablement au fait que son entraîneur est un ancien gardien de but. Parce que l'entraînement du gardien est essentiellement spécifique.

Ivan Curkovic by Adidas.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire