HOLIDAYS IN THE SUN. Alain Giresse.

Comme Iggy, Gigi aime bien être torse-poil !
A son retour d'Amérique du Sud où il accompagnait l'équipe de France en tournée, fin juin 1977, c'est un peu la lose ou presque pour Alain Giresse. Le Bordelais ne bouge pas de chez lui, et pour cause, un heureux événement l'attend à la maison. « En revenant d'Amsud, confie Gigi autour d'un maté, un souvenir de son récent voyage, je suis resté à Bordeaux puisque ma femme attendait un enfant. Le petit Mathieu a eu le bon goût d'attendre mon retour pour naître. L'évènement a eu lieu le 16 juillet. Cela nous a donc cloué à Bordeaux, ou plutôt chez mes beaux-parents. » Houla, chez beau-papa et belle-maman, faut plutôt avoir du courage, surtout si on veut passer un été tranquille et sans grabuge. Et alors, ça s'est passé comment là-bas ? « Je me suis reposé, affirme notre Gigirondin national, presque las. Comme j'avais été blessé au cours de la tournée dès le premier match, j'ai manqué – et regretté vivement – le début du championnat. Je me serais facilement passé de ce supplément de repos. »  Un peu une manière d'avouer à demi-mots que Gigi s'est royalement fait chier, coincé entre les beaux-parents et les réveils en pleine nuit pour changer les couches du nouveau-né. C'est pourquoi le Bordelais attend la rentrée avec impatience. « Finalement, c'est paradoxal à dire, confie t-il comme pour exorciser son ennui, mais à mon goût ces vacances auront été bien trop longues ! » Tout le drame des vacances pour ceux qui restent chez eux, avec la belle-famille sur le dos en prime. Dur !

Giresse, scapulaire et Merlin-Plage.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire