MATCH REPLAY. Le jour où... Paul van Himst fête son jubilé.

Le coup du parapluie avec Paul van Himst.
Alors que l'équipe de France se prépare à recevoir la Hongrie en amical au Parc des Princes ce mercredi 26 mars 1975, à quelques kilomètres plus au Nord, la Belgique célèbre dans le même temps Paul van Himst, le meilleur joueur de sa génération du (plat) pays. Une fête tout aussi amicale au Parc Astrid, autrefois le jardin des exploits de « Popol » et aujourd'hui le théâtre de son jubilé, dans des conditions de classique flandrienne. De la pluie, du vent et 35.000 spectateurs se sont invités pour saluer le taulier des Mauves, lequel affronte en hommage à ses quinze ans de service sous le maillot du R.S.C Anderlechtois, une prestigieuse sélection mondiale pilotée par Rinus Michels, le fondateur du football total.

Balayé par la pluie depuis huit jours, le Parc Astrid ressemble à un champ de patates au coup d'envoi de cette soirée de gala. Le temps dégueulasse sur Bruxelles n'autorise pas le report de la rencontre, les invités ayant leurs obligations diverses. Et Paul van Himst a choisi du beau linge, un peu mouillé pour l'occasion. Eusebio, Pelé, Johan Cruyff, Altafini, Rivera, Tomaszewski, Paulo Cesar, notamment, ont répondu « oui, une fois » pour fêter le buteur des Mauves. Parfois au prix de négociations douloureuses. « L'organisation de ce match a demandé beaucoup de travail, analyse Popol en docteur. C'est grâce à la collaboration de Lucien Levaux du Standard de Liège, un ami et un partenaire commercial de Pelé, que ce dernier a accepté de jouer. Même les négociations avec Cruyff, que je connais pourtant personnellement, ne furent pas aisées, mais finalement il a accepté » conclut la légende d'Anderlecht (de 1960 à 75) qui collectionne les trophées avec quatre souliers d'or belges (1960, 61, 65 et 74) et trois titres de meilleur buteur (1964, 66 et 68).

Ce dernier justifie sa réputation sur le pré. Il inscrit, sur pénalty, le premier but d'une rencontre très fertile au tableau d'affichage. Anderlecht, emmené par le héros de la soirée, s'impose en effet 8 à 3 contre la sélection mondiale. La qualité technique de l'équipe dirigée par l'ex-entraîneur de l'Ajax n'est pas à remettre en cause, mais plutôt l'état du pré qui ressemble plus à un marécage qu'à une verte pelouse. Malgré de nombreuses occasions, Pelé et Eusebio manquent deux pénalties, les stars mondiales jouent avec retenue, contrairement au onze anderlechtois qui engage la partie sur un rythme élevé, comme sur un match de coupe d'Europe. Refroidie par l'ardeur belge, la sélection mondiale subit la pression, même en seconde période où l'équipe est totalement remaniée avec l'entrée en jeu de Paulo Cesar, Jairzinho, Sotil, Delikaris et Rivera. Mais les gloires ce soir-là ressemblent plutôt à des poules mouillées humiliées par un R.S.C.A désireux de rendre un bel hommage à son fidèle lieutenant. Le mot de la fin pour Eusebio, qui se rappelle parfaitement de cette sauterie inoubliable. « La dernière fois que j'ai affronté Van Himst sur un terrain, c'était lors de son jubilé, au stade d'Anderlecht, lance le buteur portugais d'un ton décisif. Puis de digresser sur le vélo, histoire de changer de conversation. Son club avait battu une sélection mondiale 8-3. Mais, depuis lors, j'ai pardonné cette petite humiliation à Van Himst car il m'a présenté son ami Merckx. Le grand Eddy Merckx ! Au Portugal, le cyclisme est un peu moins populaire qu'en Espagne ou chez vous, mais, moi, je connais le vélo, hé ! Cette rencontre m'a marqué pour la vie car Merckx est un de ces rares champions hors catégorie. Comme les cols qu'il montait. J'ai un respect énorme pour lui. » Finalement le Cannibale, c'est toujours lui qui termine le premier.

SELECTION MONDIALE
Debout : Eusebio, Rijsbergen, Katalinski, Altafini, Vieira, van Hanegem.
Accroupis : Amancio, Tomaszewski, Pelé, Cruyff, Heredia
Remplaçants : Paulo Cesar, Jairzinho, Sotil, Delikaris, Rivera, Babington, et Piot.

LE MATCH EN PHOTOS
Johan Cruyff en action.

Pelé dans le bourbier belge.

Eusebio, Paulo Cesar et Babington à la bagarre.

A view from Parc Astrid.

Après le déluge...


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire