FOOT ROCK AND ROUFLAQUETTES. Louis Philips.

LOUIS PHILIPS.
Tout au long de sa carrière, Louis Philips reste fidèle au R.F.C Liégeois, son dessert préféré visiblement, et à une barbe qu'il laisse pousser au mitan des seventies. Une manière peut-être personnelle à l'époque de célébrer la fin de la guerre du Viet-Nam et/ou paraître plus viril sur le pré. Le défenseur des « sang et marine », 338 matches au compteur entre 1968 et 83, est un caractère trempé, à la mentalité irréprochable, engagé le terrain comme dans la vie. Dans le civil en effet, « Kiki » (son surnom pour les intimes) exerce la profession d'avocat. Un métier qu'il partage à mi-temps avec le football et son R.F.C. Pour les habitués du vel' de Rocourt, « Kiki » est le défenseur des causes perdues ou encore le sauveur des situations désespérées. Droit comme la justice et dans ses crampons, Kiki garde sa dignité face au rival d'en face, le Standard. Dans l'ombre des « Rouches », Luis Philips plaide pour le Royal. La semaine, il défend des clients chelous impliqués dans des histoires de came. Foot, drugs et barbe à papa tango charlie hebdo. Une âme d'avocat gauchiste et de joueur du dimanche, à l'image d'un football prolo bâti sur la solidarité et le collectif. Louis Philips, c'est un film de Sautet avec une B.O revue par le groupe canadien Godspeed You Black Emperor. La vraie vie d'un mec vrai, simple, intègre. Sa carrière sportive prend fin au début des 80's. Il quitte son boulot d'avocat un peu plus tard, avant de friser le burn-out. « Quand, au pénal, on vous demande sans cesse de défendre des drogués dont le comportement est imprévisible, lâche le hipster liégeois désabusé par les codes de la profession, il arrive un moment où vous vous posez des questions. J’ai été confronté à des cas qui étaient réellement indéfendables. Je sais que c’est grave de dire cela pour un avocat, mais c’est ainsi. » Plus en phase avec son métier, ni avec le football d'ailleurs. Le R.F.C a oublié son modèle au look atypique. Pas un coup de fil. Le « Grand barbu » s'éteint discrètement un 31 décembre (2103). Une fin sans la moindre forme de procès.



3 commentaires:

  1. Le « Grand barbu »son modèle au look atypique. La vraie vie d'un mec vrai, simple, intègre.
    Je l'aime,,,hahaha!

    RépondreSupprimer
  2. Je pense que tu confonds Dany Saval et Louis Philips.

    RépondreSupprimer