MAILLOT DE LEGENDE. Hamburger S.V.

Après le succès de son club en coupe d'Allemagne (1976), le président du Hamburger S.V Peter Krohn, fondateur d'une agence de publicité Outre-Rhin, décide de passer à la vitesse supérieure à l'entame de la saison 1976-77. « Cela me démange d'aller décrocher la lune », martèle à qui veut l'entendre le boss ambitieux, lui qui rêve de « ramener le H.S.V au sommet de l'Europe ». Une bonne idée qui passe d'abord par le relooking de ses joueurs, lesquels découvrent avec surprise au retour de leurs vacances estivales, un joli maillot rose accroché au porte-manteau des vestiaires. Le Dr Krohn, à la tête du H.S.V depuis 1973, cherche en effet à éponger les dettes du club qui s'élèvent à 3 millions de D.M, et planche alors sur un plan marketing. Le but est d'augmenter l'affluence au Volksparkstadion et toucher le public féminin par le biais de cette nouvelle tunique so flashy. « En me basant sur mon travail de publicitaire, explique Peter Krohn, je savais que les femmes étaient un domaine intéressant. C'est pourquoi j'ai eu l'idée de concevoir un maillot lié aux goûts de ces dernières. » Le bon docteur trouve alors la stratégie qui tue. Il organise un concours relayé par un journal local, puis orchestre un défilé de mode dont le résultat déterminera la couleur du maillot. Le rose l'emporte et le président du H.S.V gagne son pari. A la fin de la saison, la part du public féminin au Volksparkstadion est de 10%, le meilleur pourcentage des stades de la Bundesliga. C'est la jubilation du côté du board hambourgeois. Chez les joueurs, par contre, on dissimule un peu plus sa joie. « Je me souviens bien de la saison 1976-77, intervient l'ex-icône du H.S.V Manfred Kaltz, et pas seulement à cause du jeu que nous pratiquions. Tout le monde se rappelle du HSV de cette époque à cause de son maillot, ou plutôt de sa couleur. Certes, nous paraissions chics mais il faut avouer que nous avons mis du temps à nous y habituer. C'était une couleur audacieuse. On a fait beaucoup de commentaires et bien ri entre nous. Mais à la fin de la saison, on a quand même gagné la coupe des vainqueurs de coupes (2-0 contre Anderlecht, ndr). » C'est la vie en rose en quelque sorte, et le début de la dérive du merchandising pour Kaltz. « Nous avons été des pionniers en matière de mode dans le football, remarque l'ancien international. Tout cela a bien évolué depuis. » A l'été 77, afin de poursuivre son opération commerciale, Peter Krohn débauche Kevin Keegan à Liverpool. Un gars qui voyait sans doute trop rouge à son goût.


HAMBURGER S.V 1976-77
En haut : Dr Krohn (pdt), Nogly, Kovacic, Blankenburg, Steffenhagen, Spincke, Magath, Mackensen, Keller, Kargus, Zaczyk, Memering, Kaltz, Volkert, Kuno Klötzer (ent.).
En bas : Bertl, Sperlich, Eigl, Ettmayer, Ripp, Reimann, Hidien, Winkler, Björnmose.

1 commentaires:

  1. Aaahhhhh...... le fameux maillot pour tuer les mouches !!! Fantastique !!

    RépondreSupprimer