Mon équipe de coeur par... Têteaucarré.

DRH dans le civil, il ose même pas l'avouer à sa maman, Têteaucarré est un drôle d'artiste ! « En vrai, je suis rugbyman, avoue t-il en pleine coupe du Monde au Brésil, mais bon quand il y a des buts et du mouvement, le foot me plaît bien ». Comme en plus les deux fistons pratiquent le ballon rond, le graphiste amateur a eu alors l'idée de fêter l'événement de la planète football. A sa façon. Avec un regard nostalgique et une approche artistique minimaliste, Têteaucarré recoiffe les joueurs de sa jeunesse, en rendant surtout hommage aux héros de Séville, mais pas qu'eux. Il y a du beau monde dans la bulle du rugbyman-arty qui est resté bloqué sur les années soixante-dix quatre-vingts. Une époque bénie pour celui qui ne tourne pas très rond, « parce qu'elles sont riches sur le plan graphique, mode et excentricités capillaires ». Le souvenir de Valderrama dans un coin de sa tête, Têteaucarré se focalise sur les cheveux. « C'est l'élément premier de mon graphisme, concède t-il d'entrée de jeu. L'idée m'est venue il y a plusieurs mois à l'occasion de l'anniversaire de la mort de Bruce Lee. J'avais alors gribouillé sa coupe de cheveux. Comme tout le monde le reconnaissait, donc bingo ». Le concept est né et Têteaucarré cherche à développer le truc sur t-shirt. Histoire de se retrouver avec les anciens Bleus - Giresse, Rocheteau, Trésor ou Battiston... - sur le torse.

Et des flashes qui reviennent dans l'esprit de l'artiste quand on évoque l'équipe de France. Il y a bien sûr la génération 98, mais sans trop savoir pourquoi en fait. Mais surtout les Bleus de 82. A l'époque, le gaillard à dix ans et vit sa première coupe du Monde à la télé, « donc logiquement, c'est les souvenirs les plus forts ». C'est d'ailleurs pour ça que Têteaucarré a lancé sa collection vintage : La coupe du monde des coupes de cheveux improbables et des moustaches qui sentent la testostérone. Sortez le programme ! Une équipe type de légendes capillaires du Mondial et quelques préférences pour son créateur. Parmi lesquelles le colombien Valderrama, « parce que quand même, faut le faire une coupe pareille. C'est totalement improbable et même les Jackson Five n'avaient pas mis la barre aussi haute ». L'ancien Montpelliérain tient la corde devant un compatriote, le gardien René Higuita, « il était complétement barré sur le terrain », et Roger Milla « qui n'avait pas une super coupe de cheveux mais était le seul vrai vintage en regard se son âge ».

Visiblement le début des eighties, c'est bien aussi pour Têteaucarré qui envisage de s'attaquer à d'autres époques, pour être à la page, et pourquoi pas d'autres disciplines. Comme ça, pour le fun. «  Mes potes me disent que je devrais faire la version moderne des Portnawaks Haircuts de la coupe du monde, lance sans rire le roi du coup de boule. Alors sans doute je vais m'y mettre. Avec une déclinaison sur le tennis et André Agassi. Puis pourquoi pas l'ailier du XV australien qui ressemble à rien à Valderama avec le bandeau de Bjön Borg ». C'est dit, et reste à faire...
https://www.facebook.com/teteaucarre

    - EQUIPE TYPE DU ONZE DE FRANCE -
    Barthez ou Ettori
    Thuram - Blanc - Dessailly - Marius Trésor (mes enfants boivent dans le verre à moutarde à son image)
    Tigana - Deschamps (pas mal comme carrière) - Platoche et Zizou
    Devant Papin alias Patator et Henry ou Cantona

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire