Le dico argot-foot du professeur Migeon (Part 18).


Gérard Migeon traîne une drôle de réputation sur un terrain. Considéré comme un cave dans ses bois, le prince de la toile est un cador des vestiaires. Un fondu de la langue française qui travaille à la craie. « La Mige », son surnom dans la famille du ballon rond, connaît tout des rouages du football: ses vertus, ses vices et les petites formules qui fleurissent au ras du gazon. Le « Titi parisien » de Longjumeau décrypte et flingue le dictionnaire du foot, celui du temps des grandes heures, sur le tableau noir. Avec sa gouaille et sa moustache malhonnête, notre fine gâchette prend la plume et passe au vitriol les expressions du milieu. Et faut reconnaître, c'est du brutal ! Avis aux non-initiés.

ETRE EN TRAVERS :
Se dit d'une équipe qui rate son match. Ex : Les autres jouaient sur la longueur du terrain et nous sur la largeur...
  • « Excusez-moi, Monsieur, mais je crois que vous êtes garés en travers... de porc ». (L'hôtesse d'accueil d'un Buffalo grill).
  • « Nous partîmes à onze comme des fou-fous et arrivâmes à deux sur les rotules à l'entrée de la Rade. Une saison en travers, quoi ». (Les joueurs du Stade Brestoa après la relégation du club breton).
  • « Moi aussi je partais tout le temps de travers, ça m'a pas empêché de faire une carrière honorable. Oui ou bien? » (Jean Alesi, en délicatesse avec ses freins).
- Le cas en image -

Un gars assis normalement sur le cul (Jean-Marc Pilorget) et un gars en travers (Alain Polaniok) à l'époque du Paris St Germain (1988).

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire