Le dico argot-foot du professeur Migeon. (Part 16).


Gérard Migeon traîne une drôle de réputation sur un terrain. Considéré comme un cave dans ses bois, le prince de la toile est un cador des vestiaires. Un fondu de la langue française qui travaille à la craie. « La Mige », son surnom dans la famille du ballon rond, connaît tout des rouages du football: ses vertus, ses vices et les petites formules qui fleurissent au ras du gazon. Le « Titi parisien » de Longjumeau décrypte et flingue le dictionnaire du foot, celui du temps des grandes heures, sur le tableau noir. Avec sa gouaille et sa moustache malhonnête, notre fine gâchette prend la plume et passe au vitriol les expressions du milieu. Et faut reconnaître, c'est du brutal ! Avis aux non-initiés.

ENVOYER AU CHARBON:
Envoyer de longues balles à avant qui obligent les attaquants à beaucoup de courses dans le vide.
  • « Je suis sur des chardons ardents. Qu'y si frotte, s'y pique. Hi hi... ». (Olivier Rouyer sur la chaîne cryptée).
  • « Poussez, poussez, les wagonnets ». (Les supporters du RC Lens).
  • « J'ai été champion du Monde et me voilà en Belgique à entraîner une équipe de campagne. Je suis au fond du trou ». (Lionel Charbonnier qui broie du noir).
  • « Dis-donc, t'as pas bonne mine toi ». (Michel Platini à son ami Gervais Martel après la vente du RCL).
- Le cas en image -
Des joueurs au charbon. Robert Herbon, Patrick Parizon et Ivan Curkovic au fond de la mine. (1972).

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire