WAGs RETRO. Juliette Mills Foot Club.

Juliette Mills. Vive l'art et le foot !

« J'adore être plongée dans la foule des stades, avoue celle qui porte la tenue officielle du Barça. A moins que ce ne soit celle du Stade Malherbe Caennais. Peu importe, car « pour moi, ajoute la femme aux bas nylon rayés, un match de football représente ce qu'il y a de plus exaltant à condition qu'il y ait des buts et que les joueurs courent très vite ». Juliette Mills fait plutôt des caprices de star quand elle évoque sa passion pour le foot. L'actrice française, qui incarne le rôle de Charlotte dans « Papa poule », n'est jamais rassasiée en matière de ballon rond. Normal lorsqu'on est soi-même une dévoreuse du petit écran où elle apparaît dès 1966, alors âgée de 20 ans, dans la série « Le Chevalier des touches ». Sans doute un clin d'œil aux chers footeux « qui ne courent jamais assez vite » pour le bon plaisir de la comédienne que l'on retrouve plus tard dans les « Gens de Mogador » et « Les aventures de Zadig ». Juliette squatte l'écran et bouffe du regard ses héros évoluant sur la pelouse, car la belle n'hésite pas une seconde pour s'installer en tribune. « Je suis très sportive, concède Juliette une bière à la main. Quand je tournais à Madrid, j'allais voir jouer le Real. Quand je suis à Paris, je ne manque pas un match au Parc des Princes ». Paris est magique alors, hein ma Juju ? L'artiste-supportrice est catégorique sur le sujet. « En France, je suis supporter de Marseille et de Bastia, entonne Juliette en allumant un fumis. Paulo Cesar et Jairzinho sont mes amis » avoue t-elle ensuite un doigt coquin sur la lèvre inférieure. L'actrice a du goût. Un goût pour le beau qui la pousse également à créer en permanence car elle est aussi peintre dans la vie. Mills-pop... art ! Le jour de sa rencontre avec le magazine qui l'interviewe (1978), Juliette Mills lâche au journaliste qu'elle a même vendue quelques toiles. Dont une à Jacques Médecin, alors maire de Nice à l'époque, et une autre à Fernand Méric, le président de l'OM. Il les collectionnait aussi avec son équipe sur le terrain en ces temps-là.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire