La grosse cylindrée de GERARD MIGEON.


Gérard Migeon ronge son frein sur la ligne de départ, type Le Mans, parce que la vitesse l'enivre et qu'il est prêt à lâcher les chevaux au sujet de sa Renault 20. Un modèle de couleur blanche. Année 1977. Une manière de faire son punk au volant, n'est-ce pas La Mige ? « J'ai pris cette voiture parce que j'aime rouler vite, lâche le gardien de l'OM à l'été 77, quelques semaines après la victoire du trio Ickx-Haywood-Barth aux 24 hrs du Mans. Mais je ne suis pas un kamikaze ». Sous-entendu : le portier olympien n'est pas Jean Alesi, départ à fond, virage et bac à gravier. Gégé pilote plutôt comme Alain Prost, calculant les risques et les pièges d'une conduite le pied dans la taule tout en pestant contre les radars. « Je suis un peu contre la limitation de vitesse. Si on a construit des autoroutes, c'est justement pour permettre aux voitures rapides, aux puissantes cylindrées, de rouler selon leurs possibilités ». Tu l'as dit Mimige qui enrage aussi contre les chauffeurs du dimanche, les mamies dans leur poubelle et les jeunes cons avec leur 104 Z peinturlurées aux couleur de l'écurie Talbot sport. « Les petites voitures qui foncent à leur maximum, commente l'ancien stéphanois sur la file de gauche, sont plus dangereuses ». Chrono au poignet, vêtu de sa combinaison ignifugée et bien calé dans son siège baquet, le gardien de l'OM dévie ensuite de sa trajectoire, flirtant parfois avec la sortie de route. « Evidemment, l'auto, ça pollue, concède G.M comme General Motors avec le plus grand sérieux. Hélas, on n'a pas encore inventé le moteur à eau ». Visiblement, lui n'en met pas beaucoup dans son Ricard pour philosopher sur les progrès de l'automobile, y allant de sa petite phrase rapportée par ses potes de comptoir. « On peut cependant chercher des solutions pour enrayer la pollution ». Et allez hop, tiens tu m'en remettras un deuxième, juste pour la route. Donc, l'automobile ça schlingue, c'est dangereux si on a un moteur de tondeuse à gazon sous le capot, et les piétons alors Gégé ? Un avis ? Le Marseillais fonce droit au but, plutôt dans le mur en l'occurrence : « Les piétons sont dangereux pour les automobilistes. C'est pourquoi je suis tout à fait favorable aux rues piétonnières comme il en existe dans le centre de Marseille, théorise le footballeur-pilote en grand spécialiste des circuits en ville. Et un Monaco pour la une. Hips. Comme piéton, j'apprécie de faire du lèche-vitrine en toute sécurité ». Bah, ça y est, Gérard a bouffé le rail. Un tout-droit à pleine vitesse. C'est moche l'alcool au volant.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire