FOOT ROCK AND ROUFLAQUETTES. Momčilo Vukotić.


Momčilo Vukotić.
A 12 ans, Momčilo Vukotić endosse son t-shirt préféré du F(uc)K Partizan. On peut vivre en régime socialiste et afficher des insanités punkisantes importées de l'Ouest décadent. Puis « Moca » - un surnom révélé par le marc de café - est né comme ça. Provocateur, dissident et anti-tout. BORN BAD, Jack of Heart et Ivan Ćurković dans l'esprit, le Serbe file un mauvais coton au sortir de l'adolescence. Il s'achète un look sous le manteau et quelques cassettes piratées de Hunx and his Punx. A 20 ans, « Moca » arbore la moustache Jugoslavija, des rouflaquettes galloises et trace la route en Zastava customisée aux capsules de Karlovačko. Sans but précis, le Yougo écrase la pédale des freins du côté de Bordeaux en pleine période post-punk, où il s'enfile des caisses de rouge. Un label étoilé de préférence. (Baby) bitch boy mal embouché, Brian Wilson sucks ! Mais l'air du pays lui manque. Momčilo Vukotić retourne prêcher pour sa paroisse et enfile à nouveau son maillot d'enfer - F(uc)K Partizan - rayé noir et blanc qui cache un gros tatouage des Cramps dans le dos. « A force de siffler du blanc sur la ligne de touche, on finit aussi par en choper dans les mollets » ironise t-il à la fin de sa carrière tout en restant un poison Ivy dans la surface.


1 commentaires:

  1. Ce n'est pas Momčilo Vukotić mais bien Derek Smalls, le héros de "Spinal Tap " incognito.

    RépondreSupprimer