MAILLOT DE LEGENDE. Boavista F.C.

Un maillot à damier, comme dans les courses automobiles, pour une équipe actuellement au fond de la grille de départ, en panne dans les divisions inférieures du championnat portugais. Conséquence fâcheuse de l' « Apito Dourado ». En 2007, Boavista FC est relégué en deuxième division, pris dans la tourmente du scandale des tentatives de corruption sur des arbitres. Une sale affaire qui vaut à son président Valentim dos Santos de Loureiro une condamnation à trois ans et deux mois de prison avec sursis. Un virage plutôt mal négocié pour le rival du FC Porto, qui laisse le club au garage après 39 années consécutives parmi l'élite marquées par un seul et unique titre de champion (2000-01). Fondé en 1903, Boavista connaît une période faste au cours des seventies. Le club au damier s'adjuge en effet trois coupes nationales (1975, 76 et 79) ainsi que la supercoupe (1979) avant de passer les années 80 dans l'ombre des grosses écuries du pays (FC Porto, Benfica et Sporting). « Les Panthères » reviennent dans la course au cours des 90's (doublé coupe-supercoupe 1992 et 97) et joue même au trouble-fête sur le plan européen (¼ de finale en 1994 et ½ finaliste en 2003). Les dirigeants considèrent ainsi leur équipe comme la quatrième du pays derrière les invincibles dinosaures. Appétit trop grand ou désir de reconnaissance, le club plonge alors dans l'illégalité et la tricherie avant d'être rappelé à l'ordre. Un passage obligatoire par la voie des stands pour un stop-and-go qui semble se prolonger à l'heure actuelle.

BOAVISTA F.C - 1986/87 - Cromos -

2 commentaires:

  1. suite à "apito dourado", Boavista et son président ont été les seuls à trinquer alors qu'ils n'étaient pas les plus mouillés...le FC Porto et son président l'étaient au moins autant...

    RépondreSupprimer
  2. Exact. C'est l'avantage des grands clubs de passer entre les mailles du filet de la justice.

    RépondreSupprimer