WAGs RETRO. Ronnie Hellström et sa groupie.

Ronnie & Cher (ou presque).

La vie de footballeur a vraiment du bon. Surtout quand on a une gueule de rock-star, un physique d'Apollon (1m92 et 84 kg) et de la conversation en prime. Le grand gaillard blondinet, élu meilleur joueur à son poste lors du WM '74 et quadruple lauréat au titre de meilleur gardien de but de l'année (1974, 77, 78 et 79), c'est Ronnie Hellström. Exilé à Kaiserslautern après la coupe du Monde en Allemagne, l'international suédois profite de sa nouvelle notoriété (et sans prendre de gants) pour poser en galante compagnie juste avant de partir en tournée avec le rock'n'roll band scandinave qualifié pour le mundial argentin. Au programme du Argentina tour '78 et de son leader highway to hell : du sexe, des rouflaquettes et de la musique du diable. Un cocktail explosif et de quoi voir les groupies s'agripper au cou du portier moustachu également courtisé par les sirènes de la « Big Apple ». Avant son départ pour Buenos Aires, New-York Cosmos fait du gringue au gardien suédois qui, selon lui, surfe trop sur la vague disco. Ronnie, c'est the great rock'n'roll Sweden. Du coup il reste en Allemagne tâter de la Berthe, du hard-rock teuton en fond sonore et sur la playlist de son baladeur.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire