WAGs RETRO. Lory Del Santo.


Le joli zèbre qui cache ses atouts sous le maillot de la Juve et son petit short moulant à la Kylie Minogue, c'est Lory Del Santo, Loredana de son vrai prénom en fait. Une sorte de joker de luxe à faire bouffer du gazon les adversaires de la « Vecchia Vignora » qui profite de l'occasion pour subir une petite cure de rajeunissement. Mais celle qui affole les travées du stadio Comunale et enflamme le cœur des tifosi bianconeri ne s'arrête pas uniquement à un rôle de 13ème homme sur le terrain. La jeune pin-up incendiaire comme un fumigène, originaire de Vérone - elle y est née le 28 septembre 1958 - débute sa carrière en qualité de présentatrice du Festivalbar (1975), une émission télévisée dédiée aux tubes de l'été se déroulant dans les arènes de sa ville natale. Pas vraiment formatée pour suivre le destin tragique de Juliette, Lory enchaîne alors les petits rôles au cinéma sous la direction d'Adriano Celentano, Dino Risi et Bruno Corbucci entre autres avant de devenir l'égérie des plateaux TV de la Rai Teche dans l'émission « Tagli, ritagli e frattaglie » où elle joue la potiche sexy. Une plastique avantageuse qui la mène naturellement à poser nue dans les magazines et concourir pour le titre de Miss Univers en 1980. De quoi en avoir l'eau à la bouche, notamment chez les stars du rock. Loredana tape dans l'œil du guitariste Eric Clapton au mitan des eighties, lequel lui dédie une chanson (« The lady of Verona ») avant de lui sortir son manche. Une union qui se termine dans la tragédie avec la mort de leur fils Conor, tombé accidentellement du gratte-ciel new-yorkais où réside la famille à l'âge de cinq ans. Terrassée par la douleur dont elle rend le bluesman pour responsable, Lory file dans les bras de George Harrison pour oublier la perte de son enfant. Une idylle sans lendemain comme les suivantes: un milliardaire saoudien, le tennisman Richard Krajicek partagent notamment la vie de la belle. La velina continue depuis à faire la Une des gazettes, intervenant à la radio et à la télévision. Lory dévoile ainsi ses charmes pour « La Ferme » version transalpine en 2009 avant de fêter pourquoi pas le 30ème scudetto de la Juve. Comme il y a 30 ans, sans ride et sans pantalon, juste un string posé sur les fesses.

2 commentaires:

  1. Vu sous cette Angle....On a envie de dire:...."Forza Juve"

    RépondreSupprimer
  2. A ne pas confondre avec Lorie !

    RépondreSupprimer